Top Ten Tuesday n°12 – Les 10 auteurs dont j’ai lu le plus de livres

toptentuesday

Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire qui consiste chaque semaine à lister 10 livres, 10 auteurs ou autres, selon un thème littéraire défini. Ce rendez-vous a initialement été créé sur le blog The Broke and the Bookish, repris en français dans un premier temps sur le blog d’Iani, puis à partir du 1er septembre prochain par Froggy du blog Frogzine.

J’ai choisi cette semaine de ne pas suivre le Top Ten de la semaine, le sujet ne m’inspirant pas suffisamment. Je vais aujourd’hui vous parler des auteurs dont j’ai lu le plus de livres. Je me suis arrêtée à 6 livres lus, ce qui donne un total de 13 auteurs !

Les 10 13 auteurs dont j’ai lu le plus de livres

1°) Malika Ferdjoukh (10 livres et 4 BD adaptées de ses romans) : 

ferdjoukhSOURCE

Fiche Livraddict de l’auteure

Livres lus : Aggie change de vie, Chaque soir à 11 heures (mon avis ici), Comme sur des roulettes, Faux numéro, série Quatre sœurs : Enid, Hortense, Bettina et Geneviève, Sombres citrouilles, Taille 42 (mon avis ici).

BD lues : Quatre sœurs : Enid (mon avis ici) et Hortense par Cati Baur, Les quatre sœurs : Quatre saisons par Lucie Durbiano, Chaque soir à 11 heures par Camille Benyamina et Eddy Simon.

J’ai découvert Malika Ferdjoukh lorsque j’étais au collège, à travers des titres comme Faux numéro, Sombres citrouilles et Comme sur des roulettes. Depuis, c’est une auteure dont j’ai toujours plaisir à retrouver les romans, qui me séduisent par leur humour, leur tendresse, ainsi que les dizaines de références culturelles qu’ils contiennent. Mes romans préférés de cette auteure : la série en 4 tomes (ou en version intégrale) des Quatre sœurs, que je relis toujours avec plaisir, ainsi que Chaque soir à 11 heures, sorti il y a quelques années. Petite particularité de l’auteure, les derniers romans que je viens de citer ont été ou sont en cours d’adaptation en BD. La série des Quatre sœurs a en effet été adaptée par Cati Baur (d’abord chez Delcourt puis chez Rue de Sèvres, seuls les 2 premiers tomes sont sortis pour le moment, et le 3ème ne devrait par tarder !), ainsi que par Lucie Durbanio (chez Bayard). Le roman Chaque soir à 11 heures a également été adapté, cette fois par Camille Benyamina et Eddy Simon (chez Casterman). Dans ma PAL, j’ai également son dernier roman qui m’attend, Broadway limited, tome 1 : Un dîner avec Cary Grant.


2°) J.K. Rowling (10 livres) :

jkrpic1SOURCE

Fiche Livraddict de l’auteure

Livres lus : Harry Potter à l’école des sorciers, Harry Potter et la chambre des secrets, Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban, Harry Potter et la coupe de feu, Harry Potter et l’ordre du Phénix, Harry Potter et le prince de sang-mêlé, Harry Potter et les reliques de la mort, Le Quidditch à travers les âges, Les animaux fantastiques, Les contes de Beedle le Barde.

De J.K. Rolwing, j’ai évidemment lu les 7 tomes de la série Harry Potter, qui m’ont suivie durant mon adolescence, et que je relis encore avec plaisir. J’ai également lu 3 livres issus de cet univers : Les Animaux fantastiques, Le Quidditch à travers les âges et Les contes de Beedle le Barde. Par contre, je ne me suis pas encore mise à ses derniers ouvrages plus « adulte », mais je les testerai sans doute à l’avenir. J’aime beaucoup cette auteure, d’une part parce que sa série jeunesse fétiche a énormément participé à mon amour de la lecture, d’autre part parce que j’apprécie particulièrement son esprit tolérant et engagé, plein d’humour et de tendresse.


3°) Jane Austen (7 livres) : 

jane_austenSOURCE

Fiche Livraddict de l’auteure

Livres lus : Emma, Lady Susan, Mansfield Park, Northanger Abbey (mon avis ici), Orgueil et préjugés, Persuasion, Raison et sentiments.

Jane Austen, je l’ai découverte il y a environ 6 ans à travers le roman Raison et sentiments. J’ai tout de suite adoré son écriture, son humour, ses personnages… notamment dans mon roman préféré de cette auteure, Orgueil et préjugés. J’ai par la suite tenté de faire durer le plus longtemps possible ses autres romans, mais il faut bien me rendre à l’évidence, il ne me reste plus que Sanditon et Juvenilia à lire d’elle, ainsi que ses lettres et autres écrits divers…


4°) Tracy Chevalier (7 livres) : 

tracy chevalier

Fiche Livraddict de l’auteure

Livres lus : L’innocence, La dame à la licorne, La dernière fugitive, La jeune fille à la perle (mon avis ici), La vierge en bleu, Le récital des anges, Prodigieuses créatures (mon avis ici).

Une auteure que j’ai découverte à travers son magnifique roman, La jeune fille à la perle, qui reste mon préféré de cette auteure à ce jour. J’apprécie toujours ses romans historiques, qui nous font voyager à travers le temps, le monde et différents événements historiques (le combat des suffragettes et l’Angleterre post-victorienne dans Le récital des anges, les débuts du cirque moderne dans L’innocence, ou encore la création d’une tapisserie au Moyen-Age dans La dame à la licorne). C’est l’un des seuls écrivains dont je lis tous les romans, au fur et à mesure de leur sortie.


5°) Anne Perry (7 livres) :

anne-perrySOURCE

Fiche Livraddict de l’auteure

Livres lus : L’étrangleur de Cater Street, Le mystère de Callander Square, Le crime de Paragon Walk, Resurrection Row, Rutland Place, Le cadavre de Bluegate Fields, Mort à Devil’s Acre.

Anne Perry est une auteure de romans policiers, dont je n’ai pour l’instant lu que les romans de la série Charlotte et Thomas Pitt. J’apprécie beaucoup cette série qui se déroule dans le Londres des années 1880 et 1890, et particulièrement ses personnages principaux : Thomas et Charlotte Pitt, ainsi que la sœur de cette dernière, Emily. De cette même auteure, j’ai également dans ma PAL les 1ers tomes de ses séries Joseph et Matthew Reavley, qui se déroule durant la 1ère Guerre Mondiale, et William Monk, qui suit un inspecteur de police ayant perdu la mémoire.


6°) Stefan Zweig (7 livres) :

Photo by Hulton Archive – Getty Images

Fiche Livraddict de l’auteur

Livres lus : Amok, Clarissa, La ruelle au clair de LuneLe joueur d’échecs (mon avis ici), Le voyage dans le passé, Lettre d’une inconnue, Vingt-quatre heures de la vie d’une femme.

Premier homme de ce Top Ten, Stefan Zweig est un auteur que j’ai découvert il y a quelques années à travers Le joueur d’échecs. Depuis, j’ai lu 6 autres de ses écrits, oscillant entre nouvelles et romans, parmi lesquels j’ai particulièrement aimé Lettre d’une inconnue et Vingt-quatre heures de la vie d’une femme. Je continuerai avec plaisir à lire ses romans et biographies.


7°) Gudule (7 livres) :

GuduleSOURCE

Fiche Livraddict de l’auteure

Livres lus : J’ai 14 ans et je suis détestable, L’amour en chaussettes, L’envers du décor, La bibliothécaire, La vie en rose, La vie à reculons, Regardez-moi.

Disparue il y a quelques semaines, Gudule est une auteure que je lisais beaucoup au collège. Je me souviens avoir en particulier apprécié ses romans L’amour en chaussettes et La bibliothécaire. Il faudrait d’ailleurs que je relise ce dernier, qui semble avoir marqué de nombreux lecteurs.


8°) Bernard Werber (7 livres) :

entretien-Bernard-Werber-20-ans-les-fourmis-science-et-vie-juniorSOURCE

Fiche Livraddict de l’auteur

Livres lus : Les fourmis, tome 1Les thanatonautes, L’empire des anges, Nous les Dieux, L’encyclopédie du savoir relatif et absoluL’arbre des possibles et autres histoires, Nos amis les humains.

Bernard Werber est un auteur dont j’ai lu de nombreux livres en l’espace d’une ou deux années au lycée, mais que je n’ai jamais relu depuis. J’ai commencé par Les fourmis, dont j’ai plutôt apprécié le 1er tome mais jamais continué la série, puis j’ai enchaîné sur la série du Cycle des Anges que j’ai adorée. J’avais également beaucoup aimé son recueil de nouvelles L’arbre des possibles. Il est possible que je retente un jour cet auteur, mais ce n’est pas sûr car ses livres ne me tentent plus trop pour le moment…


9°) Judy Blume (6 livres) :

tumblr_mi42pwpakt1rms43oo1_500SOURCE

Fiche Livraddict de l’auteure

Livres lus : Ce n’est pas la fin du monde, Dieu tu es là ? C’est moi Margaret !, Tiens bon Rachel !, Trois amies, Un exposé fatal, Œil de tigre.

Encore une auteure que j’ai découverte grâce à la maison d’édition L’Ecole des Loisirs. Judy Blume est une auteure jeunesse très connue aux Etats-Unis, où ses livres ont d’ailleurs plusieurs fois été censurés (cf. Wikipedia), car elle traite de sujets qui ont longtemps été tabous en littérature jeunesse. Trois amies a longtemps été mon livre préféré au collège, je l’ai d’ailleurs relu il y a quelques années avec tendresse. Là encore, il s’agit d’une auteure dont je pense lire ou relire les romans durant les prochaines années.


10°) Ann Brashares (6 livres) :

AVT_Ann-Brashares_8313SOURCE

Fiche Livraddict de l’auteure

Livres lus : Série Quatre filles et un jean : Quatre filles et un jean, Le deuxième été, Le troisième été, Le dernier été, Pour toujours ; Toi et moi à jamais (mon avis ici).

Encore une auteure lue pendant mon adolescence, durant laquelle j’ai découvert la série Quatre filles et un jean. En plus de ces 5 tomes, dont le dernier est sorti en 2011, j’ai également apprécié le roman jeunesse Toi et moi à jamais.


11°) Moka (Elvire Murail) (6 livres) :

murailelSOURCE

Fiche Livraddict de l’auteure

Livres lus : Ailleurs, rien n’est tout blanc ou tout noir, Cela, Derrière la porte, L’enfant des ombres, La chambre du pendu, Un ange avec des baskets.

Là encore, il s’agit d’une auteure que j’ai découverte enfant à travers L’Ecole des Loisirs, où était également éditée sa sœur, Marie-Aude Murail. A l’époque, je ne lisais pas trop les romans de la collection Chair de Poule, mais si je voulais avoir peur, il me suffisait d’emprunter un livre de Moka… Dans mes souvenirs (peut-être qu’en les relisant maintenant, mon impression changerait), la plupart de ses livres étaient empreints d’étrangeté et de mystère, et baignaient dans une atmosphère un peu oppressante… Dans un autre style, j’avais beaucoup aimé également son roman Un ange avec des baskets.


12°) Susie Morgenstern (6 livres) :

SOURCE

Fiche Livraddict de l’auteure

Livres lus : Confessions d’une grosse patate, L’Amerloque, Les deux moitiés de l’amitié, Lettres d’amour de 0 à 10, Privée de bonbecs, Trois jours sans.

Découverte elle aussi grâce à L’Ecole des Loisirs, Susie Morgenstern est également une auteure que j’ai lue durant mon adolescence. Je ne me souviens plus précisément de tous ces livres lus, mais je me souviens que je les appréciais beaucoup. Il faudrait d’ailleurs que je relise Lettres d’amour de 0 à 10, dont j’entends toujours beaucoup de bien.


13°) Brigitte Smadja (6 livres) :

brigit10SOURCE

Fiche Livraddict de l’auteure

Livres lus : Ce n’est pas de ton âge !, Des cœurs découpés, La vérité toute nue, Laisse-moi tranquille, Rollermania, Un poisson nommé Jean-Paul.

Et devinez comment j’ai découvert cette dernière auteure, Brigitte Smadja ? Grâce à L’Ecole des Loisirs bien sûr ! Encore une fois, je ne me souviens pas toujours très précisément de tous ces romans, plutôt des thématiques abordées. Une chose est sûre, elle fait partie de ces auteurs qui ont marqué mes lectures adolescentes.

Je constate à travers ce Top que depuis que j’ai passé l’adolescence, je suis très peu mono-maniaque d’un auteur en particulier. En effet, les seuls auteurs de ce Top découvert depuis mes 18 ans sont Jane Austen, Tracy Chevalier, Anne Perry et Stefan Zweig.

Et vous, quelles sont les auteurs que vous avez le plus lus ?

Publicités

Petits liens culturels #2

66ec5e54468c67f2735af0590c1c44c5Source

Une nouvelle fois, quelques liens tournant autour des livres ou de la culture en général, sur lesquels je suis tombée ces derniers jours (les traductions des titres anglais sont de moi, donc excusez-moi par avance pour les éventuelles erreurs…).

  • La Une du journal Libération à la suite du décès de l’acteur Robin Williams le 11 août 2014 :

Robin Williams

  • Un article de Libération sur le roman graphique Cet été-là de Jillian et Mariko Tamaki, édité aux Etats-Unis chez First Second et en France chez Rue de Sèvres, que je compte me procurer très prochainement. A noter que Rue de Sèvres est la nouvelle maison d’édition spécialisée BD de l’éditeur L’école des Loisirs. Ça promet donc de très bonnes choses…

album-cover-large-23228     This-One-Summer1

  • Un article de Télérama sur le métier de librairie, à travers l’exemple de Joël Hafkin, directeur de La Boîte à Livres, librairie indépendante à Tours.
profession-libraire-fier,M164525Source : Joël Hafkin, directeur de la librairie la Boîte à Livres à Tours
(Léa Crespi pour Télérama)
  • Sur le site de Libération, une rencontre avec Kaoru Mori, l’auteure du manga Bride stories aux planches magnifiques. D’ailleurs, n’hésitez pas à aller voir ces vidéos datant de 2008 sur lesquelles on la voit dessiner, c’est impressionnant.

Bride-Stories_planche

  • Un article de Pop Sugar (en anglais) sur une nouvelle édition très jolie de 4 romans jeunesse anglophones : « Little Women » de Louisa May Alcott (« Les Quatre Filles du Dr. March » en français), « Anne of Green Gables » de Lucy Maud Montgomery (« Anne… la maison aux pignons verts »), « Heidi » de Johanna Spyri et « A little Princess » de Frances Hodgson Burnett (« La petite Princesse »).

Classic-Children-Books-Rifle-Paper-Co

couv      couv-big

  • Une liste de romans d’amour (enfin, de livres avec des histoires d’amour en tout cas…) à lire avant qu’ils ne soient adaptés en films prochainement, publiée par Pop Sugar.
    • J’y note « Birdsong » de Sebastian Faulks, que je souhaite lire, et le dernier J. Courtney Sullivan, « Les liens du mariage » en français, dont j’attends la sortie en poche.
  • Une autre liste présentant les livres adaptés en films en 2014 (les deux listes se recoupent, la précédente étant issue de celle-ci..).
    • Je note « Thérèse Raquin » d’Emile Zola, qu’il faudrait que je lise avant de voir son adaptation, « The Giver » de Lois Lowry (cf. point ci-dessous), que je dois relire en anglais avant la sortie du film, et « Le voyage de cent pas » de Richard C. Morais, dont l’adaptation « Les recettes du bonheur » par Lasse Hallström (d’ailleurs déjà réalisateur d’un autre film sur la gourmandise, « Le chocolat« ) sort la semaine prochaine.
  • Sur le même thème, une critique (en anglais) de l’adaptation du roman « The Giver » de Lois Lowry (« Le passeur » en français).

The_Giver_poster

  • Si vous n’êtes pas encore lassés, une liste des romans adaptés au cinéma et qui sortiront cet automne cette fois-ci. Cela peut paraître redondant vis-à-vis des articles cités ci-dessus, mais les infos données sont parfois sensiblement différentes… 😉
Pour changer de registre, voici le Tumblr d’Allan Barte, évoquant tous les clichés des filmes hollywoodiens.tumblr_n5wzwfI5Kr1tcx5axo1_r1_1280Source
  • « 11 Lessons We’ve Learned From Young Heroines in Literature » (« 11 leçons que nous avons apprises des jeunes héroïnes en littérature ») sur Pop Sugar, où l’auteur nous parle notamment de Hermione Granger, Alice Détective, Scout de « Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur » d’Harper Lee, Arya Stark ou encore Katniss Everdeen…
  • Un vieil article (octobre 2013) de Rue 89 que je n’avais pas vu passer, concernant un cours proposé à Sciences Po par le professeur François Comba et intitulé :  » “Harry Potter” de J. K. Rowling, approche littéraire, psychanalytique et politique « .
dumbledore6Source : www.encyclopedie-hp.org

jean-claude-milner_harry-potter3

  •  Deux articles sur Jane Austen :
    • Un long article de Slate.fr (un peu ancien, février 2014) sur Jane Austen et ses différentes œuvres.
    • Un autre article de Slate.fr (ancien lui aussi, février 2013), sur la médiatisation autour de Jane Austen et les dérives marketing qui en découlent.

AVT_Jane-Austen_412

  • Deux articles concernant l’auteur du « Petit Prince » :
    • Un article d’ActuaLitté sur Antoine de Saint-Exupéry, concernant notamment sa Lettre à un otage.
    • Un article de Libération sur la vie d’Antoine de Saint-Exupéry dans les années 40, à l’époque de son départ de France pour les États-Unis.
670818-ase-1942-ny-2Source : Antoine de Saint-Exupery avec Eugene et Elizabeth Reynal
dans un restaurant de New York, en 1942

(© Succession Antoine de Saint-Exupéry)
charliechocqbl2ii Illustration de Quentin Blake pour le livre Charlie et la Chocolaterie de Roald Dahl
  • Un article du Nouvel Observateur sur Edda Tasiemka, plus de 90 ans et sorte de Google humain, archivant des coupures de presse remontant à l’assassinat de Lincoln.
8168446-nom-edda-tasiemka-profession-google-humainSource : Steve Forrest/Panos/Réa pour « le Nouvel Obs »
  • Un article d’ActuaLitté sur l’analyse visionnaire faite par George Orwell dès 1940 de l’autobiographie d’Adolf Hitler.
  • Un article du Nouvel Observateur sur les sœurs Brontë.
8398216-bronte-divines-comment-trois-orphelines-ont-ecrit-trois-chefs-d-uvresSource : Anne, Emily et Charlotte Brontë, peintes par leur frère Patrick Branwell vers 1834 (Sipa)
  • Et enfin, un article du Nouvel Observateur sur les challenges et diverses vidéos qui font le buzz au sein des booktubers. J’ai testé l’ « Infinite book challenge » et l’ « Infinite author challenge » de mon côté, et je peux vous assurer que ça n’est pas simple du tout…
Bjzy7GGIcAAZ_S2Source

 ∴

Bonnes lectures !

Northanger Abbey – Jane Austen

Éditeur : 10/18

Collection : Domaine étranger

Date de parution originale : Décembre 1817 (achevé en 1803)

Date de parution française : 1824

285 pages

Fiche Dialogues

Fiche Livraddict

4ème de couverture :

Une jeune provinciale de bonne famille est envoyée à Bath, prendre les eaux, pour faire son apprentissage du monde et des intermittences du cœur. L’héroïne se retrouve égarée au milieu de conjonctures qui la rabaissent aux yeux du lecteur. En toute occasion, elle se comporte en référence à son livre de chevet, « Les mystères d’Udolphe » de Mrs Radcliffe.

Mon avis :

Je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre en commençant ce roman de Jane Austen. « Northanger Abbey » n’étant pas le roman de l’auteure dont on parle le plus, je m’attendais peut-être à être un peu déçue par rapport aux quatre autres romans que j’avais lus, me disant qu’il ne serait peut-être pas aussi bien.. Et bien je dois dire que je me suis trompée, et que pour la 5ème fois, j’ai pris beaucoup de plaisir à suivre les aventures des personnages mis en scène par cette chère Jane, et plus particulièrement celles entourant le personnage de Catherine Morland.

Je trouve d’ailleurs que les 4èmes de couverture que l’on peut lire de ce roman sont un peu sévères avec ce personnage principal. Alors oui, Catherine Morland vit dans ses livres et est un peu naïve, oui elle croit aux histoires racontées dans ses romans gothiques et ne rêve que d’une chose, vivre dans une ancienne abbaye en ruine, mais j’ai personnellement trouvé sa naïveté très touchante. Tout au long de ma lecture, je me suis attendue à un retournement de situation qui me ferait ne plus apprécier ce personnage, mais non, il faut bien dire ce qui est, j’ai trouvé cette Catherine Morland droite et honnête, et elle fait même partie des personnages de Jane Austen auxquels je me suis le plus attachée.

J’ai beaucoup aimé mon incursion dans la ville de Bath, dans laquelle la bonne société anglaise de l’époque « prenait les eaux ». Comme d’habitude dans les romans de Jane Austen, on observe les journées fort remplies et mouvementées des personnages : on se balade, on va au bal, on discute, on va au théâtre, on critique les autres, on s’esclaffe, et finalement on ne fait rien d’autre… Comment mieux retranscrire cela qu’à travers la tournure de la page 73, « une laborieuse journée d’oisiveté« . Au milieu de cela, Catherine découvre pour la première fois la vie mondaine, l’amitié aussi, et les premiers émois amoureux évidemment.. J’ai beaucoup aimé la voir appréhender ce monde mystérieux pour elle, j’ai aussi eu un peu peur pour elle, notamment qu’elle se fasse manipuler par ses nouveaux « amis », mais non, Catherine reste droite dans ses bottines et c’est pour cela que j’ai beaucoup aimé ce personnage.

Comme toujours, Jane Austen égraine son roman de quelques pointes d’humour, que j’ai parfois trouvées un peu moins subtiles que d’habitude, ce qui ne veut pas dire qu’elles soient moins drôles. Dès le début, on comprend que l’auteure se moque gentiment de son héroïne et justement de son caractère de non-héroïne. L’amie de Catherine, Mrs Allen, a elle aussi droit à quelques remarques ironiques très plaisantes, qui m’ont fait apprécier mon irruption dans cette société mondaine aux relations superficielles. Les gens se parlent, mais ne s’écoutent pas.. On s’extasie de se retrouver, mais on préfèrerait être ailleurs. Mais le summum de l’exaspération revient pour moi à Mr. Thorpe (et à sa sœur dans une certaine mesure), symboles de l’hypocrisie et de la fierté mal placée… Comme d’habitude dans les romans de Jane Austen, j’ai été ravie de la fin de ce roman, et du destin dévolu à chacun de ces personnages.

Je vous laisse avec quelques extraits du roman que je trouve particulièrement bien écrits et bien sentis, notamment ceux qui se moquent des romans en général. Après cela, qu’on ne vienne pas me dire que les classiques sont ennuyeux et sans humour..

 » Personne ayant jamais vu Catherine Morland dans son enfance ne l’eût supposée née pour être une héroïne. Sa situation dans l’existence, le caractère de son père et celui de sa mère, sa propre personne et son tempérament, tout s’opposait également à ce qu’elle en fût une un jour. Son père était clergyman sans être pour cela ni méprisé ni pauvre, et c’était un monsieur très respectable, bien qu’il eût pour nom celui de Richard*… […] La mère de Catherine était une femme dotée d’un gros sens pratique, d’un caractère aimable et, ce qui est plus remarquable, d’une bonne constitution. Elle avait eu trois fils avant la naissance de Catherine et au lieu de mourir en mettant cette dernière au monde, comme on pourrait s’y attendre, continua à vivre, et cela pour avoir encore six enfants, les voir grandir autour d’elle et jouir elle-même d’une excellente santé. On dit toujours d’une famille de dix enfants que c’est une belle famille, du moment qu’elle compte assez de têtes, bras et jambes pour chacun, mais les Morland avaient peu d’autres droits pour prétendre à ce titre, car ils étaient dans l’ensemble des plus quelconques, et Catherine fut pendant de nombreuses années aussi quelconque que n’importe lequel d’entre eux.  » p.9-10
* Dans mon édition, il est écrit que « ce prénom de Richard que Jane Austen semble reprocher à Mr. Morland serait une allusion à une plaisanterie entre Jane et sa sœur Cassandra au sujet d’un certain Richard Harvey ».

« Elle lut tous ces ouvrages que doivent lire les héroïnes pour emplir leur mémoire de ces citations qui s’avèrent tellement utiles et tellement apaisantes dans les vicissitudes de leur existence mouvementée. » p.12

« Il faut à présent décrire un peu Mrs. Allen, pour que le lecteur puisse juger dans quelle mesure ses actions favoriseront par la suite le climat de désolation de cette œuvre, et comprendre comment elle risque de contribuer à réduire la pauvre Catherine à l’infortune et au désespoir que peut décrire le dernier tome d’un roman, si elle y contribuera par son imprudence, sa vulgarité ou sa jalousie, en interceptant ses lettres, en ruinant sa réputation ou en la chassant de chez elle. » p.17 (cet extrait fait un peu peur à la première lecture, mais rassurez-vous, Jane Austen s’amuse..)

« Mrs. Allen appartenait à cette nombreuse catégorie de femmes dont la société ne peut éveiller d’autre émotion que la surprise à la pensée qu’il s’est trouvé au monde un homme capable de les aimer au point de les épouser. Elle n’avait ni beauté, ni esprit, ni talent, ni distinction. » p.17

« Mrs. Allen avait toujours le plus grand désir d’avoir à Bath des relations nombreuses, et elle le répétait chaque jour après avoir eu la preuve qu’elle n’y connaissait absolument personne. » p.23

« Il parlait avec beaucoup d’aisance et d’esprit, et il y avait dans ses manières une malice et une gaieté qui forçaient l’attention, bien que Catherine ne s’en rendît pas très bien compte. » p.23

« Mrs. Thorpe était une veuve et une veuve sans fortune. Elle avait un excellent caractère ; c’était une femme bonne et une mère indulgente. Sa fille aînée était pour sa part d’une grande beauté et les plus jeunes, en ayant la prétention d’être aussi belles que leur sœur, en imitant son air et en s’habillant dans le même style, étaient tout à fait charmantes.
Cette brève description de la famille Thorpe a pour but de remplacer l’inévitable, interminable et minutieux récit détaillé que Mrs. Thorpe ferait elle-même sur ses aventures passées, ses souffrances… récit que l’on devrait s’attendre à voir occuper les trois ou quatre chapitres suivants ; on y verrait l’indignité des lords et des avoués occuper le devant de la scène et l’on y trouverait rapportées par le menu des conversations vieilles de vingt ans. » p.34

« Si une matinée pluvieuse les privait d’autres plaisirs, elles tenaient quand même à se voir au mépris de la pluie et de la boue, et s’enfermaient ensemble pour lire des romans. Des romans, oui, car je refuse d’obéir à cette coutume mesquine et peu politique qu’adoptent si souvent les auteurs et qui consiste à déconsidérer, par une censure des plus méprisantes, le genre d’œuvres même dont ils sont en train d’accroître le nombre. Ils rejoignent là leurs pires ennemis pour octroyer à de tels ouvrages les épithètes les plus cruelles et n’autorisent presque jamais leur héroïne à lire des romans. […] Je ne saurais défendre une telle attitude. Laissons aux critiques le soin de dénigrer à loisir toute effusion d’imagination, laissons-leur le soin de parler, à propos de tout nouveau roman et en un style rebattu, de la camelote sur laquelle ahanent de nos jours les presses. […] Bien que nos productions aient offert aux lecteurs un plaisir plus grand, plus sincère que celles d’aucune autre corporation littéraire en ce monde, aucun genre, jamais, ne fût plus décrié. Quelle qu’en soit la cause, la vanité, l’ignorance ou la mode, nous avons presque autant d’ennemis que de lecteurs, et […] il semble presque correspondre à une volonté générale de décrier le talent et de mésestimer le travail du romancier, de dédaigner des œuvres qui n’ont pour les recommander que le génie, l’esprit et le bon goût. » p.37-38 (je m’excuse pour la longueur de celle-ci..)

« Par la force de l’habitude, elle n’était guère dérangée par les remarques et exclamations de Mrs. Allen qui, étant donné le vide de son esprit et son incapacité à penser, ne parlait jamais beaucoup mais ne pouvait jamais non plus rester tout à fait silencieuse. » p.65

« Elle souffrit cependant le mercredi soir d’une insomnie de dix minutes […] » p.80

Et enfin, pour finir, un extrait que je trouve particulièrement bien écrit, et qui m’a fait aimer plus encore le personnage d’Henry Tilney :

« Je dois finir de lire quelques brochures avant de pouvoir aller dormir, dit-il à Catherine, et les affaires de la nation m’occuperont peut-être encore quand vous serez endormie depuis bien longtemps déjà. Pouvons-nous, chacun de notre côté, mieux employer notre temps ? Mes yeux se fatigueront pour le bien d’autrui, et les vôtres, par le sommeil, prépareront les ravages qu’ils feront demain. » p. 204

Autour du livre :

  • Jane Austen est une écrivaine anglaise née le 16 décembre 1775 et décédée le 18 juillet 1817. Elle a d’abord connu le succès avec la parution de « Raison et sentiments » en 1811 (publié de façon anonyme), « Orgueil et préjugés » en 1813, « Mansfield Park » en 1814 et « Emma » en 1816. Deux autres de ses romans, « Northanger Abbey » et « Persuasion« , ont tous deux été publiés de manière posthume en 1818. Elle a commencé en janvier 1817 son dernier roman, qui sera nommé « Sanditon« , mais ne l’a pas achevé.
  • La page Wikipédia qui lui est consacrée est tellement bien faite que je ne peux que vous diriger vers elle pour en savoir plus sur cette superbe auteure.

Cette lecture entre dans le cadre du challenge « Gilmore Girls » organisée par Karine.

2/3

Bilan trimestriel n°1 – 2012

L’année 2012 a très bien commencé pour moi, puisque j’ai eu pendant ces trois premiers mois de très plaisantes lectures.. Du côté des romans, j’ai pu lire une quinzaine de livres (incluant une relecture), dont :

  • La fin d’une superbe série : « Hunger Games, tome 3 : La révolte » de Suzanne Collins, qui clôt en beauté cette trilogie. Je crois que ces trois livres font partie de mes meilleures découvertes en 2011.
  • La lecture d’un roman de ma très chère Jane Austen : « Northanger Abbey« , que j’ai savouré avec beaucoup de plaisir. Après cela, il me reste « Emma« , « Lady Susan« , ainsi que ses autres œuvres plus courtes..
  • Un coup de cœur qui m’a emportée : « Un jour » de David Nicholls : LE gros coup de cœur de ce début d’année, dont je ne vous ai malheureusement pas encore parlé.. Pendant ma lecture, je suis passée des éclats de rire aux larmes sans arrêt, et j’ai trouvé l’ensemble original et très juste, je m’y suis beaucoup retrouvée.. Fiches Dialogues et Livraddict.
  • Une lecture qui m’a beaucoup marquée : « The perks of being a wallflower » de Stephen Chbosky (« Pas raccord » en français), que je n’ai pas encore chroniqué mais qui m’a beaucoup marquée. Je vous mets ici les fiches Dialogues et Livraddict, si vous souhaitez y jeter un coup d’œil, mais je vous conseille quand même de le lire en anglais si vous le pouvez.. Fiches Amazon (en anglais), Dialogues (en français) et Livraddict.

  • Le début de deux nouvelles séries qui risquent de m’emporter loin :
    • « Divergent » de Veronica Roth : une dystopie que je ne m’attendais pas à tant apprécier. Depuis, j’ai même envie de l’acheter en anglais pour le relire…
    • « L’assassin royal, tome 1 : L’apprenti assassin » de Robin Hobb : enfin, je l’ai lu ! Une lecture qui fût des plus agréables mais malheureusement trop longue (presque un mois) pour que je l’apprécie pleinement… Je me rattraperai sans doute avec le tome 2 ! Fiches Dialogues et Livraddict.
  • Des lectures jeunesse et jeunes adultes que j’ai beaucoup aimées :
    • « Chaque soir à 11 heures » de Malika Ferjoukh : le nouveau livre de cette auteure dont j’apprécie beaucoup les romans. Comme je le dis dans mon article, j’ai beaucoup aimé.
    • « Là où j’irai » de Gayle Forman : cette suite du roman « Si je reste » dont je vous parlais en janvier n’a pas tenu longtemps.. Je crois bien que je l’ai dévorée en une journée. C’est avec plaisir que j’ai retrouvé Mia et Adam dans ce second tome, mon avis normalement à venir.. Fiches Dialogues et Livraddict.
    • « Le monde dans la main » de Mikaël Ollivier, un livre jeunesse que j’ai trouvé très juste et touchant.
    • « Quatre sœurs, tome 1 : Enid » de Malika Ferdjoukh : je vous parlais en novembre de l’adaptation en bande dessinée de ce roman jeunesse par Cati Baur, une adaptation qui m’avait beaucoup plu. Cela m’avait donné envie de relire le premier tome de cette série, ainsi que les trois tomes suivants : « Hortense« , « Bettina » et « Geneviève » (ils ne sont malheureusement jamais à la bibliothèque quand j’ai besoin d’eux). J’ai retrouvé avec plaisir l’écriture de Malika Ferdjoukh, et j’ai donc plus que hâte de continuer cette série. Mon avis le plus vite possible ! Fiches Dialogues et Livraddict.
    • « Passeuse de rêves » de Lois Lowry : un autre livre de cette auteure dont j’ai énormément aimé le roman « Le passeur » (que je devrais d’ailleurs relire prochainement). Un pur moment de poésie et de douceur, je me suis régalée.
    • « Taille 42 » de Malika Ferdjoukh & Charles Pollak : là encore, c’est une auteure culte de mon enfance que j’ai relue, avec ce roman dont je n’avais pas entendu parler jusqu’à récemment.. Un très beau livre racontant la vie de la famille Pollak sous l’Occupation..
    • « Au rebond » de Jean-Philippe Blondel : allez, je le mets là même si je l’ai peut-être moins apprécié que les quatre précédents. J’ai aimé ce roman, mais je crois que je l’ai trouvé trop court pour exploiter à fond ce sujet pourtant intéressant.. J’ai cependant beaucoup apprécié le style de ce roman, et j’ai été très touchée par l’histoire d’amitié qui en le sujet principal. En plus, je lis rarement de livres sur l’amitié masculine, alors ça m’a fait du bien de changer un peu.. Fiches Dialogues et Livraddict.

  • Un OVNI littéraire :
    • « Harry Potter’s bookshelf » de John Granger : un livre dont j’avais entendu parler par Touloulou et que j’ai lu sur plusieurs mois avec beaucoup de plaisir ! L’auteur présente de nombreux livres ayant un lien plus ou moins direct avec la saga Harry Potter, que ce soient les romans gothiques, les boarding school novels (livres se déroulant dans un pensionnat) ou les romans traitant de l’alchimie.. Autant dire qu’on en ressort avec des listes entières de livres à lire et d’auteurs à découvrir. Fiches Amazon et Livraddict (uniquement disponible en anglais).
  • Deux petites déceptions :
    • « 16 lunes » de Kami Garcia & Margaret Stohl : mon article suffit, disons que ce livre partait bien mais que je n’ai pas accroché..
    • « La belle aux oranges » de Jostein Gaarder : un livre que je pensais véritablement aimer, mais que j’ai trouvé lent et alambiqué. Je n’ai pas vraiment compris le message de l’auteur, ou alors il ne me plaît pas je ne sais pas.. Toujours est-il qu’après l’abandon de son autre livre « Le monde de Sophie » et la déception autour de celui-ci, je crois que je vais un peu mettre de côté cet auteur.. Fiches Dialogues et Livraddict.

  • Une petite lecture de dernière minute :

    • « Matilda » de Roald Dahl : une relecture en fait, puisque je me souviens de l’avoir lu au collège, même si je n’en gardais pas beaucoup de souvenirs.. Une lecture courte que j’ai adorée, le personnage de Matilda est attachant et très drôle, je pense que c’est elle qui fait tout dans ce roman.. J’ai beaucoup aimé également le style très humour noir de Roald Dahl.

En ce qui concerne les bandes dessinées et mangas, j’ai pu pendant ce premier trimestre :

  • Découvrir de très bons mangas :
    • « Bride Stories tome 1 » de Kaoru Mori : je n’en ai pas encore parlé mais ce manga a vraiment été un coup de cœur pour moi ! J’ai vraiment été  charmée par le trait précis, foisonnant et impressionnant de la jeune Kaoru Mori. Je lirai rapidement les tomes suivants, ainsi que d’autres mangas de l’auteure (je pense notamment à la série « Emma« ). Fiches Dialogues et Livraddict.
    • « Quartier Lointain » de Jirô Taniguchi : dont j’ai parlé en février. Une très bonne découverte, je n’ai qu’une envie maintenant, c’est de découvrir ses autres (nombreux) mangas.
  • Poursuivre une série que j’apprécie beaucoup :
    • « Magasin général, tome 7 : Charleston » de Régis Loisel et Jean-Louis Tripp : une série dont je parlerai peut-être un jour ici. Fiches Dialogues et Livraddict.
  • Relire quelques classiques :
    • « Le tour de Gaule d’Astérix » de René Goscinny et Albert Uderzo.
    • « Astérix et le bouclier arverne » des mêmes auteurs.. Deux albums qu’il est toujours agréable de relire à tout âge !

  • Découvrir une série agréable :
    • « Le troisième testament » : tome 1 : « Marc ou le réveil du lion » , tome 2 : « Mathieu ou le visage de l’ange« , tome 3 : « Luc ou le souffle du taureau » et tome 4 : « Jean ou le jour du corbeau » de Xavier Dorison et Alex Alice. Une série qui s’améliore selon moi au fil des tomes et qui traite de la quête d’un manuscrit mystérieux par un homme au passé trouble et une jeune femme… Cette série est partiellement tirée d’évènements historiques, et traite en partie de l’Inquisition ainsi que de l’Ordre des Templiers. Fiches Dialogues et Livraddict.

Challenges :

Parmi ces livres, le point sur mes challenges en cours :

« The perks of being a wallflower » de Stephen Chbosky et « Northanger Abbey » de Jane Austen entrent dans le cadre du challenge « Gilmore Girls » → 2/3

« Là où j’irai » de Gayle Forman entre dans le cadre du baby-challenge « Drame » de Livraddict → 7/20

« Divergent, tome 1 » de Veronica Roth entre dans le cadre du baby-challenge « Jeunesse » de Livraddict → 6/20

« Bride Stories, tome 1 » de Kaoru Mori et « Quartier lointain » de Jirô Taniguchi entrent dans le cadre du baby-challenge « Mangas » de Livraddict → 2/20

According to Jane – Marilyn Brant

Éditeur : Kensington Publishing

Date de parution originale : 2009

352 pages

Fiche Kensington Publishing

Fiche Livraddict

Résumé :

Dans le cadre de son cours de littérature, Ellie Barnett doit étudier « Orgueil et Préjugés » de Jane Austen. Alors que ses pensées sont plutôt tournées vers Sam Blaine, son curieux et incontrôlable camarade de classe, elle s’aperçoit soudain que la voix de la romancière anglaise a pris place dans son esprit et qu’elle semble résolue à y rester… Jane Austen entreprend alors de guider, conseiller et aider la jeune fille à traverser son adolescence, puis à s’épanouir dans sa vie d’adulte (on suit Ellie de son adolescence à ses 34 ans).

Mon avis :

J’ai découvert ce livre en furetant sur le blog de « Fée Bourbonnaise », après ma découverte de Jane Austen. J’avoue avoir été d’abord attirée par la jolie couverture du livre. Et puis j’étais à ce moment-là en pleine recherche de lectures en anglais… Ce roman est pour moi une très bonne découverte, qui a su clore l’année 2010 sur une bonne note, même si je reste partagée sur le livre en lui-même… Beaucoup d’éléments m’ont gênée durant la lecture, mais bizarrement, j’en suis quand même sortie avec une très bonne impression (ça m’arrive souvent d’avoir ce sentiment en terminant un livre…).

Dès le début, les personnes ayant apprécié « Orgueil et Préjugés » seront contentes d’y retrouver des références au roman. L’auteur, à travers les pensées et remarques de Jane Austen, prend en effet un malin plaisir à comparer les garçons de l’entourage d’Ellie aux personnages du roman (il me semble, je n’ai pas le livre sous la main je ne peux donc pas vérifier, qu’on ne mentionne jamais de personnages des autres romans de Jane Austen, ce qui est peut-être un peu dommage d’ailleurs…). Un tel est le « Wickham » d’Ellie, un autre éventuellement son « Darcy »… J’ai trouvé cette utilisation du roman de Jane Austen amusante, d’autant plus que chaque chapitre présente en en-tête une citation du livre s’adaptant à un évènement de la vie d’Ellie qui y est décrit. D’autant plus que l’écriture de l’auteure est juste, et qu’elle sait parfaitement faire parler les adolescents avec tact et humour.

« I always thought Homer painted his character Odysseus as a real slow learner with that whole twenty-year-journey thing. I mean, what kind of an idiot needs two decades to understand a simple lesson like : “Don’t be arrogant in the eyes of the gods?” »

J’ai beaucoup aimé le lien qui se tisse entre Ellie et Jane Austen. Tous les évènements de la vie de la jeune fille, des plus anodins aux plus traumatisants, sont suivis et partagés par la romancière. Qu’elle soit touchée, irritée ou choquée  par le comportement de sa protégée, elle est toujours présente pour la conseiller et la consoler. J’ai aussi apprécié l’évolution de sa relation avec sa sœur, à la fois tyrannique et blessante durant l’adolescence, puis à l’écoute et attentive en grandissant. De même, j’ai beaucoup aimé l’amitié entre Ellie et sa cousine, Angelique, adolescente surdouée et hautaine au début du roman, qui se révèle finalement très drôle, sensible et à l’écoute en grandissant. Les passages où elle est présente sont souvent plus légers, et ils sont souvent les bienvenus après certaines scènes de la vie amoureuse d’Ellie.

Car il faut avouer qu’il arrive décidément beaucoup de péripéties à cette chère Ellie… C’est justement ce qui m’a un peu agacée dans ce livre, cette capacité d’Ellie à attirer le malheur (je sais que ce n’est pas vraiment sa faute, mais quand même…). Mais c’est aussi le message que Jane Austen cherche à faire passer à Ellie à travers ses remarques : à force de ne pas s’écouter soi-même, on finit souvent par refaire les mêmes erreurs.

« I didn’t know who I was. I didn’t know who I wanted to be with. »

D’autre part, les préoccupations d’Ellie m’ont souvent semblé si exagérées que je ne suis pas toujours parvenue à m’identifier et à m’attacher à son personnage. Le fait qu’elle pense au mariage et aux enfants à peine une semaine après être dans une nouvelle relation m’a semblé assez surprenant chez une personne de son âge… A ce niveau-là, mon point de vue est très personnel, mais ça m’a un peu déroutée de voir une jeune femme de 20 ans angoisser parce qu’elle n’a pas encore trouvé le grand amour et qu’elle n’est pas mariée ! C’est un point de vue justifiable mais qui ne m’a pas vraiment séduite…

Je crois que j’aurais souhaité parfois être face à une héroïne plus indépendante, un peu plus éloignée de toutes ces interrogations… et donc plus proche des héroïnes de Jane Austen. Ellie se fait souvent manipuler par son entourage et ne semble pas s’en rendre compte. J’ai souvent eu envie de la secouer et de lui demander d’agir un peu plus à la Elizabeth Bennet ! Mais bon, ce n’était pas forcément le but de l’auteure, et Ellie se rattrape bien par la suite…

Dans le même temps, Jane Austen m’a semblé quelque peu rabat-joie parfois. J’aurais préféré qu’elle fasse preuve de plus d’humour vis-à-vis des situations, puisque c’est l’image que je me fais de cette auteure. Malgré tout, on sent toujours une profonde affection de la part de Jane Austen pour la jeune fille.

« You are more imaginative than any of them. Your cousin. Your siblings. Even your schoolmates. They have talents, to be sure, but beyond an intelligent mind there must be a creative spirit. It is not enough to absorb mere facts. True inventions is in the application of vision.”

Malgré tout, au fur et à mesure du roman, cela évolue. On sent bientôt Ellie plus maîtresse de son destin, plus autonome dans ses relations. Elle sait ce qu’elle veut, elle ne se laissera plus marcher sur les pieds ni être manipulée par ses amis ou sa famille. Des scènes pleines d’humour font leur apparition, durant lesquelles Ellie a souvent des répliques cinglantes, et ce pour mon plus grand plaisir…

J’ai oublié un détail important, c’est le personnage de Sam Blaine. Ce petit arrogant, à la fois rebelle et bon en classe, inaccessible et au comportement souvent incompréhensible, m’a bizarrement tout de suite plu. Dès le début, c’est à ce personnage que je me suis attachée plutôt qu’à Ellie ou ses nombreuses conquêtes… Comme si, malgré ses idioties et ses maladresses, il était déjà un peu plus adulte, un peu plus clairvoyant au niveau de ses envies et de sa vision de la vie.

Je ne sais pas vraiment ce qu’il ressort de cette critique en la lisant, mais même si ce n’est pas clair, j’ai quand même beaucoup apprécié la lecture de ce roman ! Malgré l’écriture en anglais, je l’ai trouvé très facile à lire. Les scènes passent facilement de la tristesse à la tendresse et l’humour est souvent présent, ce qui en fait une lecture très agréable et qui remonte le moral. Je le conseille en priorité aux filles, et en particulier aux lectrices de Jane Austen.

Autour du livre :