Prodigieuses créatures – Tracy Chevalier

Remarkable creatures

Éditeur : Gallimard

Collection : Folio

Date de parution originale : 2009

Date de parution française : 2010

421 pages

Fiche Dialogues

Fiche Livraddict

4ème de couverture :

« La foudre m’a frappée toute ma vie. Mais une seule fois pour de vrai. »

Dans les années 1810, à Lyme Regis, sur la côte du Dorset battue par les vents, Mary Anning découvre ses premiers fossiles et se passionne pour ces « prodigieuses créatures » qui remettent en question les théories sur la création du monde. Très vite, la jeune fille issue d’un milieu modeste se heurte à la communauté scientifique, exclusivement composée d’hommes. Elle trouve une alliée en Elizabeth Philpot, vieille fille intelligente et acerbe qui l’accompagne dans ses explorations. Si leur amitié se double de rivalité, elle reste, face à l’hostilité générale, leur meilleure arme.

Mon avis :

Je ne pouvais pas passer à côté du dernier roman de Tracy Chevalier, sorti en poche en juin dernier, tant ses romans me transportent à chaque fois dans un univers passionnant et qui m’est la plupart du temps inconnu. Le dernier roman de l’auteur ne déroge pas à la règle, puisque, mis à part quelques vagues souvenirs de lycée, je ne suis pas une grande spécialiste des fossiles…

Nous suivons donc dans ce livre Elizabeth Philpot, jeune femme issue de la bourgeoisie, venue s’installer dans cette ville côtière qu’est Lyme Regis avec ses sœurs elles aussi célibataires, et Mary Anning, une dizaine d’années de moins, issue de la classe ouvrière et aidant sa famille comme elle le peut en ramassant et en vendant des fossiles aux touristes.

« Nous parlons à peine, car nous n’en avons pas besoin. Nous sommes silencieuses ensemble, chacune dans son propre univers, consciente que l’autre est tout près d’elle. »

Alors que la première collectionne les fossiles de poissons pour son plaisir et son érudition, la seconde y voit surtout un moyen de subvenir aux besoins de sa famille. Les deux jeunes femmes vont tout de même se trouver des points communs : une réelle passion pour ces « créatures » que sont les fossiles, un certain mépris des conventions de l’époque et une soif de découverte concernant les grandes théories de l’époque sur la création du monde.

Je dois avouer que j’ai été quelque peu déstabilisée au début de ma lecture par la forme du récit. On suit en effet Mary Anning sur une trentaine d’années, de l’enfance à l’âge adulte, narration qui selon moi ralentit un peu trop le rythme du récit. Ce choix est cependant justifié à la fin du récit par Tracy Chevalier, dans un court texte décrivant la vie de Mary Anning et de ses proches, ainsi que les choix d’écriture que l’auteure a été amenée à prendre vis-à-vis des évènements de la vie du personnage.

« On ne saurait nier que les fossiles constituent un plaisir insolite. Tout le monde ne les apprécie pas car ce sont des restes de créatures défuntes. »

Tout au long de ma lecture, j’ai été particulièrement intéressée par l’aspect scientifique et religieux profondément lié à la recherche de fossiles. Les « créatures » jusque-là inconnues et découvertes grâce aux pierres collectées par Mary Anning ont ainsi permis aux scientifiques de l’époque d’élaborer des théories qui ont encore cours actuellement, et de mieux comprendre la manière dont les être vivants ont évolué au cours du temps à la surface de la Terre. Tracy Chevalier parvient encore une fois à mêler la petite et la grande histoire, et c’est en ce sens que son roman m’a particulièrement plu.

Une petite remarque en passant : le résumé mentionne à propos de ce roman « une finesse qui rappelle Jane Austen ». Je sais bien que les éditeurs sont prêts à tout pour vendre leurs livres, notamment en faisant référence à tous les grands auteurs de l’histoire littéraire, mais je serais quand même contente d’avoir l’avis de ceux qui ont lu ce livre sur ce point.

« Le nom de Mary ne sera jamais consigné dans les revues ou les ouvrages scientifiques : il sera oublié. C’est ainsi. Une vie de femme est toujours un bon compromis. »

Je suis d’accord sur le fait que le contexte de ce roman (l’époque, Lyme Regis, les débats idéologiques en toile de fond), de même que la position sociale et la situation familiale des sœurs Philpot, puissent faire penser aux récits de Jane Austen, mais mis à part cela, je ne suis pas totalement d’accord avec la comparaison. J’avoue également que je n’ai pas lu tous les livres de cette auteure donc je ne peux pas vraiment juger de la chose, mais c’est juste une remarque en passant. Je le répète, si quelqu’un souhaite me donner son avis sur la question dans les commentaires, j’en serais ravie !

Autour du livre :

  • Tracy Chevalier est une romancière américaine vivant à Londres, spécialisée dans les romans historiques. Je donne plus d’informations sur ses autres livres dans mon article sur un autre de ses romans, La Jeune Fille à la Perle.
  • C’est dans la ville de Lyme Regis que se situe une partie du roman Persuasion de Jane Austen, plus exactement sur le Cobb, jetée faite de cobblestones qui délimite la rade, et dont les premières traces datent de 1328 !
  • Le roman est centré autour du personnage de Mary Anning, collectionneuse de fossiles et paléontologiste anglaise née en 1799 à Lyme Regis et décédée en 1847. Elle est particulièrement connue pour avoir découvert, à 12 ans, avec l’aide de son frère, le premier squelette complet d’ichtyosaure, puis celui d’un plésiosaure en 1821 et d’un ptérodactyle en 1828.
  • Quelques mois avant de décéder, Mary Anning a été élue membre de la Geological Society of London, malgré le fait qu’elle soit une femme.

A Lyme Regis, on peut aujourd’hui visiter le Musée Philpot, fondé par le petit-neveu d’Elizabeth Philpot à l’emplacement de l’ancienne maison de Mary Anning. Il permet de retracer l’histoire de la ville et de comprendre la géologie et la paléontologie de la région de Lyme Regis. Devant ce musée, on peut observer une fresque réalisée en pierres de Coade et incrustée d’ammonites, fossiles très présents dans les environs et régulièrement mentionnés dans le roman.

Autres petits papiers :

Publicités

6 réflexions sur “Prodigieuses créatures – Tracy Chevalier

  1. Voici un très beau roman qui m’a beaucoup plu malgré ses longueurs. En effet, comparé aux autres romans de T. Chevalier, j’ai eu le sentiment de ne plus bouger, de planer au dessus d’une longue longue plage. Mais les personnages, l’histoire, les découvertes, tout est magnifique! Et on apprend beaucoup, comme toujours!

    • J’ai un peu oublié l’état dans lequel j’étais en finissant « La jeune fille à la perle » ou « Le récital des anges », mais j’ai l’impression que j’étais à la fois plus euphorique et plus « envoûtée » qu’à la fin de celui-ci… C’est en fait la seule chose que je reproche à ce livre !
      Sinon, c’est vrai qu’on suit facilement les personnages et qu’on se laisse emporter par le monde des fossiles et des découvertes…
      C’est donc une mini-déception par rapport aux autres livres de Tracy Chevalier, mais une très belle découverte mis à part cela !

    • Et alors, qu’as-tu pensé de ses premiers livres par rapport à celui-ci ? J’ai vu que tu avais lu « La vierge en bleu » et « L’innocence », il faut que tu lises « La jeune fille à la perle » et « Le récital des anges », mes préférés de cette auteure…

Laissez un petit papier...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s