Le joueur d’échecs – Stefan Zweig

Schachnovelle

Éditeur : Le Livre de Poche

Collection : Libretti

Date de parution originale : 1943

Date de parution française : 1944

94 pages

Fiche Dialogues

Fiche Livraddict

4ème de couverture :

Qui est cet inconnu capable d’en remontrer au grand Czentovic, le champion mondial des échecs, véritable prodige aussi fruste qu’antipathique ? Peut-on croire, comme il l’affirme, qu’il n’a pas joué depuis plus de vingt ans ? Les circonstances dans lesquelles l’homme a acquis cette science sont terribles. Elles nous renvoient aux expérimentations nazies sur les effets de l’isolement absolu, lorsque, aux frontières de la folie, entre deux interrogatoires, le cerveau humain parvient à déployer ses facultés les plus étranges.

Une fable inquiétante, fantastique, qui, comme le dit un personnage avec une ironie douloureuse, « pourrait servir d’illustration à la charmante époque où nous vivons ».

Mon avis :

J’avais depuis longtemps envie de découvrir l’auteur Stefan Zweig, c’est chose faite à travers cette nouvelle. On y suit donc le narrateur, voyageant sur un paquebot, et sa rencontre avec deux joueurs d’échecs. On se penche d’abord sur l’impressionnante carrière du champion du monde d’échecs, Mirko Czentovic, homme froid qui se montre hautain et cupide, puis sur le passé douloureux du docteur B., homme fragile déclarant ne pas avoir joué aux échecs depuis des années.

A travers l’histoire du docteur B., ce récit traite d’obsession et de folie, et revient sur les méthodes, « non violentes » mais toujours abjectes, des nazis durant la seconde guerre mondiale. On est happé par l’évocation de la vie de ces deux hommes, et par la place que représente le jeu d’échecs dans leurs vies respectives. Pour l’un c’est le moyen à travers lequel il a pu sortir de sa vie monotone, pour l’autre c’est une porte de sortie qui a viré à l’obsession.

Je suis déçue de n’avoir pas réellement accroché à cette nouvelle, car je me rends bien compte que je suis sans doute passée à côté de quelque chose. Savoir par ailleurs qu’elle a été écrite par Stefan Zweig peu de temps avant sa mort en 1942 m’a émue, et je pense me replonger bientôt avec plaisir dans un autre de ses romans.

6/20

Publicités

10 réflexions sur “Le joueur d’échecs – Stefan Zweig

    • Oui, peut-être que je le relirai, il est court en plus ! Mais bizarrement, même si je n’ai pas adoré, je l’ai quand même lu très rapidement. En fait, tout au long de ma lecture, j’attendais avidement l’élément qui me ferait accrocher, mais ça n’arrivait jamais… D’où ma déception !

  1. Oh… toi tu souffres du syndrome du grand auteur! Qui doit forcément être bon ou alors on est passé à côté de quelque chose.

    Mais non, suis du même avis, c’était pas terrible!
    Ne va surtout pas relire un mauvais livre! Il y en a tant d’autres!

    • Tout à fait tu m’as démasquée !! J’ai toujours besoin de laisser une seconde chance aux auteurs… Bon là je parle de le relire juste parce qu’il est court, sinon je n’y penserais même pas !

      C’est comme pour Camilla Läckberg (à qui je veux laisser une seconde chance), Joann Sfar (à qui j’ai eu raison de donner une seconde chance), Susanna Tamaro (elle, j’arrête définitivement)… Pas forcément de grands auteurs classiques, mais bon, je me retrouve dans ce que tu dis !

      C’est comme ça, mon but est de lire certains livres que je considère devoir au moins « essayés », du coup je dois tester ! Je sais bien que s’acharner ne sert à rien, mais je reste intimement convaincue que je peux aimer Stefan Zweig !

      Mais j’entends ce que tu dis et je suis dans le fond d’accord avec toi !

  2. Peut-être te replongeras-tu dans cette lecture en l’appréciant mieux! Parfois, c’est juste pas le moment.

    Pour moi, Le Joueur d’échecs est un des meilleurs livres que j’ai lus, complexe et psychologique à souhait 🙂

    • Oui tu as peut-être raison, une prochaine fois ! Le pire, c’est que je sais que j’aurais pu l’aimer.. Mais bon c’est comme ça, je n’ai pas accroché ! Peut-être qu’il était trop court, du coup je ne me suis attachée à aucun des personnages, je ne sais pas..

      Toujours est-il que je pense quand même tenter un autre livre de lui, peut-être « La confusion des sentiments », « Marie Antoinette » ou « 24 heures de la vie d’une femme » je ne sais pas encore. En as-tu lu d’autres de lui ?

  3. J’avais bien aimé Le joueur d’échec, je trouve que l’impression de vide est parfaitement bien rendue grâce à l’écriture.
    Oh oui, Stefan Zweig peut plaire ! Je te conseille Vingt-quatre heures de la vie d’une femme qui est magnifique ! 🙂

    • Ma petite déception sur ce livre ne m’empêche pas d’avoir envie de lire tous les livres de Stefan Zweig, au contraire ! J’ai déjà « 24 heures de la vie d’une femme », mais je pense aussi lire « La confusion des sentiments », « Le voyage dans le passé » ou son livre sur Marie-Antionette.. Je verrai en fonction de l’envie..

      • La confusion des sentiments je n’ai pas du tout accroché, j’espère qu’il te plaira plus que moi 🙂 (et attention le livre de poche le vend en allemand et en français sans le préciser, on paye donc le double des pages sans que se soit dit :p). J’ai lu son essai sur Nietzsche qui est très bien aussi !

        • Ok, je note pour la version bilingue. Je crois que je ferai sans puisque mon niveau d’allemand n’est plus très bon.. Je note aussi pour l’essai sur Nietzsche !

Laissez un petit papier...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s