Chaque soir à 11 heures – Malika Ferdjoukh

Éditeur :  Flammarion

Collection : Émotion

Date de parution : 2011

401 pages

Fiche Librairie Dialogues

Fiche Livraddict

4ème de couverture :

Willa Ayre s’est classée dans la catégorie des filles que les garçons ne voient jamais, des insignifiantes, des petits chats caustiques mais frileux. Iago, lui, attire tous les regards. Il est le garçon dont rêvent toutes les filles du lycée.

Dès la rentrée, Iago pose les yeux sur Willa et la choisit. Mais à une fête, Willa rencontre le bizarre et ténébreux Edern. Dès lors, sa vie prend une tournure étrange. De la grande maison obscure cachée au fond de l’impasse, la jeune fille doit découvrir les secrets, sonder son coeur, et faire un choix…

Mon avis :

Depuis le temps que j’attendais de lire ce livre, je ne regrette pas de l’avoir enfin commencé ! Après avoir lu beaucoup de ses romans durant mon adolescence, j’ai donc retrouvé Malika Ferdjoukh avec ce nouveau livre, publié dans la nouvelle collection « Émotion » de chez Flammarion (ladite émotion étant ici l’amûûûr…).

Dès le début, nous plongeons directement dans un univers so Ferdjoukhien, dans lequel les personnages ont des prénoms étranges (Wilhelmina, Iago, Isebelle, Roch, Melville, Rosemonde et j’en passe), un humour ravageur et des références culturelles plein la tête (on prend le temps de s’arrêter devant « Beau fixe sur New-York » de Stanley Donen ou « La joyeuse divorcée » de Mark Sandrich, mais aussi « Massacre à la tronçonneuse » ou Tim Burton, on y lit « Papa longues jambes » de Jean Webster ou « L’invitation à la valse » de Rosamond Lehmann, on y écoute Charlie Parker, on y croise les œuvres de Gustave Moreau ou Niki de Saint Phalle…). Et surtout, et c’est ce qui m’a fait le plus grand bien, on est face à une héroïne irrésistiblement attachante, qui n’a pas sa langue dans sa poche, est intelligente, sérieuse, courageuse, curieuse et se passionne donc pour tout et n’importe quoi. Qu’est-ce que ça fait du bien de temps en temps une fille pas nunuche comme Willa !

A noter également l’importance de la ville de Paris dans ce roman, à travers les rues de laquelle Willa court toute la journée… On la suit dans le métro, dans le bus, en voiture et en taxi, dans l’hôtel de luxe particulier de son amie Fran, dans la lugubre mais tellement attirante maison d’Edern, mystérieusement appelée « Fausse Malice » (et qui n’est pas sans rappeler la Vill’Hervé des romans « Quatre sœurs« …), dans l’appartement glauque de son professeur de saxo, et enfin dans son appartement cosy dans lequel on mange des Bounty glacés en regardant des comédies musicales.

Au-delà du cadre et des personnages, on se laisse rapidement emporter par l’intrigue de ce roman et les nombreuses aventures qui jalonnent la vie de Willa. L’enquête qu’elle mène peut parfois paraître tarabiscotée, mais cela ne gâche en rien le roman. Certains passages en présence des camarades de classe de Willa, toutes nunuches et de vraies gosses de riche, m’ont parfois un peu énervée. Mais c’est le milieu très parisien dans lequel évolue Willa qui veut ça j’imagine… Heureusement que les trois personnages principaux relèvent un peu le niveau de réflexion (Willa, Edern et Iago) et rendent ce livre totalement addictif. J’oubliais le personnage de Marni, qui est adorable et m’a fait penser à Enid des « Quatre sœurs« . Enfin, chose qui ne m’était pas arrivé depuis longtemps, j’ai eu des papillons dans le ventre en lisant une scène de ce livre en particulier, j’espère qu’elle vous fera le même effet !

En bref, « Chaque soir à 11 heures » est un livre que j’ai eu beaucoup de mal à lâcher et que je conseille donc fortement, que l’on connaisse Malika Ferdjoukh ou que l’on souhaite la découvrir…

Autour du livre :

  • Malika Ferdjoukh est une écrivaine française née en 1957, auteure de scénarios pour la télévision et le cinéma, ainsi que de nombreux romans jeunesse, comme « Sombres citrouilles« , « Minuit-cinq« , « Fais-moi peur » ou encore « Aggie change de vie« . « Chaque soir à 11 heures » est son dernier roman. Elle est passionnée de cinéma, plus particulièrement des comédies musicales et mélodrames de la première moitié du 20ème siècle. Pour plus d’informations sur l’auteure, un entretien réalisé par le forum Whoopsy Daisy (forum des amoureux de la Littérature anglaise) est disponible ici.
  • On retrouve les prénoms de plusieurs personnages de ce livre dans de célèbres romans. Wilhelmina est ainsi présent dans « Dracula » de Bram Stoker, puisqu’il est porté par le personnage féminin principal, Wilhelmina « Mina » Murray. Iago est quant à lui le prénom du personnage manipulateur de la tragédie de Shakespeare « Othello« .

Autres petits papiers :

  • Du même auteur, j’ai aussi donné mon avis sur :
    • Quatre sœurs, tome 1 : Enid (2011) : adaptation en bande dessinée par Cati Baur du premier tome de la série de romans “Quatre sœurs”, écrit par Malika Ferdjoukh et publié en 2003.
    • Taille 42, écrit par Malika Ferdjoukh et Charles Pollak, et sorti en 2007.

        

 

Publicités

8 réflexions sur “Chaque soir à 11 heures – Malika Ferdjoukh

  1. J’ai découvert « Quatre soeurs » il y a peu et j’avais littéralement adoré !! Tu me donnes envie de lire d’autres livres de cette auteure… Je le note…

  2. Eh bien ça, c’est super gentil, dis donc !… Merci pour toutes ces choses réconfortantes que tu dis. Et en plus, tu as aimé les références…Moi qui ai peur de soûler mon monde, quand même, parfois! Mais j’ai du mal à m’empêcher, j’ai envie de partager ces trucs que j’aime et qui aide à vivre. Je t’embrasse bien, Anou, comme ils disaient les Poilus de 14! Malika Ferdjoukh.
    PS: Logique que les gosses de riches du livre t’énervent. Ils m’énervent aussi, ça passe donc forcément dans les mots. Et c’est heureux. Les mots ne sont faits que pour ça: traduire l’auteur.

    • Oui, j’ai aimé les références, c’est même ce qui me fait toujours revenir à vos livres je crois ! D’autant plus que la plupart des-dites références me sont inconnues, et qu’il va donc falloir que je corrige tout cela en m’organisant des soirées cinématographiques.. De toute façon, beaucoup de vos livres ou entretiens sont une mine de tentations pour moi, j’ai donc l’habitude..
      Je note votre explication pour les gosses de riches. Mais tout de même, ils ne reçoivent même pas de petite leçon à la fin ? (Non que j’aime les punitions, mais parfois on les entendait tellement ces jeunes, que je m’attendais presque à un surprenant retournement de situation.. Je ne parle pas de Iago évidemment !)
      Recevez mes meilleures affections (je crois que les Poilus disaient ça aussi..),
      Anou.

  3. Bonsoir.
    Je viens de découvrir Malika Ferdjoukh avec LA FILLE D’EN FACE (un coup de coeur). Je me suis mise a la chercher sur internet: son visage, ses oeuvres, sa vie, sa « voix ». J’ai trouvé des tas de pages qui ne cherchaient pas beaucoup plus que vendre ses livres, et quelques biographies fascinantes mais incompletes. En ouvrant cette page et en l’explorant, je me suis retrouvée.
    J’ai adoré cette entrée, j’ai tres envie de lire CHAQUE SOIR A 11H et de découvrir chaque livre de Malika. (Je n’arrive pas a croire que Malika ait vraiment posté un de ces commentaires… son expression seule me fait croire. Qui d’autre pourrait penser et écrire ce message? Si c’est bien elle, j’avoue que sa « voix » est merveilleuse.)
    J’ai également adoré cette page, et j’aimerais faire partie des évenements qu’elle propose, car je suis aussi passionnée de livres, de cinéma et de bande dessinnée,
    Merci,
    N.B.

    • Je ne connais pas encore « La fille d’en face » mais je note.
      Je crois qu’il me reste encore pas mal de livres à découvrir de cette auteure.. 😉
      Moi aussi j’ai beaucoup cherché sur internet d’infos sur Malika Ferjoukh, d’autant qu’elle s’y fait assez discrète.
      Mais je trouve toujours passionnantes ses trop rares interviews.
      « Chaque soir à 11 heures » est vraiment un bon roman, je vous le conseille fortement !
      Bonne journée à vous et au plaisir de vous revoir ici !

Laissez un petit papier...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s