Quartier Lointain – Jirô Taniguchi

Haruka-na machi e

Éditeur : Casterman

Date de parution originale : 1998

Date de parution française : 2002 (1er tome) – 2003 (2ème tome)

405 pages

Fiche Dialogues

Fiche Livraddict

Prix du Meilleur Scénario et Prix Canal BD au Festival d’Angoulême de 2003.

Prix d’Excellence du Festival des arts médias de l’Agence pour les affaires culturelles au Japon, catégorie Manga, en 1998.

4ème de couverture :

Homme mûr de 40 ans, transporté dans la peau de l’adolescent qu’il était à 14 ans, Hiroshi continue la redécouverte de son passé. Questionnant sa grand-mère, ses parents, ses amis, il réalise tout ce qui lui avait échappé lorsqu’il était jeune. Et petit à petit, l’année scolaire avançant, il voit se rapprocher la date fatidique où son père disparaîtra, pour toujours, sans aucune explication. Peut-il changer son passé ou est-il condamné à le revivre, impuissant ? Et retrouvera-t-il son existence normale, sa femme et ses enfants ?

Mon avis :

Bon, il est temps de reprendre en main ce blog et de remettre à jour mes avis sur mes lectures. Je commence donc avec « Quartier Lointain », lecture qui m’a permis d’entrer dans l’univers des mangas… Ça fait longtemps que j’entends parler de Jirô Taniguchi en bien, et je ne regrette pas de m’être à mon tour laissée tenter.

Dans ce manga, nous suivons donc les aventures de Hiroshi Nakahara, homme de 48 ans qui se retrouve du jour au lendemain dans le corps de l’adolescent qu’il était, et qui va donc être tenté d’en modifier le cours. Une fois digérées les questions techniques qui me passaient par la tête (je n’ai pas pu m’empêcher de me poser des questions sur la vraisemblance de la chose, par exemple si son esprit à lui est présent dans le passé, alors qui se trouve dans son corps dans le futur ? Toujours lui ? Oui son lui jeune ? Ont-ils fait un échange ? Bref, comme vous le voyez, même dans le cas d’une intrigue relevant quelque peu du fantastique, j’ai souvent besoin de savoir que la chose est malgré tout plausible…), je suis rapidement entrée dans cette histoire.

Le personnage principal revit des moments de son adolescence, et se rend vite compte de l’impact qu’un changement de comportement pourrait avoir sur son futur. Doit-il tenter de modifier ce qui s’est mal passé à cette époque, au risque de changer également le cours du reste de sa vie ? A-t-il le droit de profiter de ces instants dans la peau d’un jeune garçon ? Que faire lorsque le destin nous permet de revivre une partie de notre vie ?

Ce retour en arrière lui permet également de découvrir la partie cachée de son histoire, celle de ses parents. Il tente de comprendre les choix de ses parents, et ce qui a mené son père à disparaître sans laisser de traces…

J’ai beaucoup aimé le fait que pour Hiroshi, ce retour dans le passé représente en quelque sorte un retour à la vie. A travers les quelques retours dans le futur, on se rend compte en effet du tournant qu’a pris sa vie adulte. Ses filles qui se moquent (gentiment ?) de lui, sa femme qui semble quelque peu délaissée… Alors qu’il n’a jamais compris le départ inexpliqué de son père lorsqu’il était adolescent, il se rend peu à peu compte que c’est exactement ce que lui-même a fait avec sa propre famille : fuir. Fuir à travers le travail, fuir à travers l’alcool, fuir dans le silence ou au contraire la colère…

J’ai également apprécié l’alternance entre les scènes comiques, dues au fait qu’il est maintenant un adolescent réfléchissant et parlant comme un adulte, et connaissant même en partie l’avenir (notamment les résultats sportifs, atout-clé de tout voyageur dans le temps qui se respecte !), et les scènes plus émouvantes avec sa famille, notamment son père et sa grand-mère.

J’ai du mal à mettre plus de mots sur ma lecture, mais j’en ressors en tout cas avec un avis très positif. Je vous conseille donc la lecture de ce manga, ainsi que des autres publications de l’auteur. Je lirai sûrement un autre manga de Taniguchi un de ces jours, peut-être « Le journal de mon père« , « Les années douces » ou encore « Le sommet des Dieux« .

Autour du livre :

  • Jirô Taniguchi est un auteur de mangas japonais né en 1947 à Tottori. Il écrit des mangas seinen (mangas globalement destinés aux jeunes hommes) et gakiga (plutôt destinés aux adultes). Il a publié son premier manga, « Kareta heya », en 1970, suivi dans les années 80 de mangas aux styles variés. Il a fortement été influencé dans son travail par la bande dessinée européenne. A partir des années 90, il décide de s’orienter vers les éléments de la vie quotidienne, et publie notamment dans ce sens « L’homme qui marche », « Le journal de mon père » ou « Quartier Lointain » (source Wikipedia).
  • Ce manga a été adapté en film en 2010 par le réalisateur belge Sam Garbarski, avec Pascal Greggory, Alexandra Maria Lara, Jonathan Zaccaï et Léo Legrand dans les rôles principaux (fiche Allociné)

Cette lecture rentre dans le cadre du Baby-Challenge Manga organisé par Livraddict :

1/20

Publicités

4 réflexions sur “Quartier Lointain – Jirô Taniguchi

  1. Eh bien, je suis novice en manga, mais ton avis me donne envie de découvrir ce genre et particulièrement celui-là ! Je note donc !

    • Je suis contente si ça t’a donné envie ! Moi aussi je suis novice dans ce genre de lecture. Avant celui-ci je n’avais lu que « Gen d’Hiroshima », qui était sympa lui aussi, et depuis j’ai aussi lu le premier tome de « Bride Stories« , que je conseille aussi fortement pour les dessins magnifiques de l’auteur !

Laissez un petit papier...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s