Le chaos en marche, tome 1 : La voix du couteau – Patrick Ness

The Chaos Walking Trilogy 1 : The Knife of Never Letting Go

Editeur : Gallimard Jeunesse

Collection : Pôle Fiction

Date de parution originale : 2008

Date de parution française : 2009

528 pages

Fiche Dialogues

Fiche Livraddict

4ème de couverture :

C’est l’année de ses 13 ans et Todd va devenir un homme. Il est le dernier garçon de Nouveau Monde, uniquement peuplé d’hommes, où chacun peut entendre la pensée des autres : c’est le Bruit, incessant, obsédant. Un jour, Todd découvre un lieu où le Bruit se tait…

Mon avis :

J’ai d’abord été attirée par « La voix du couteau » parce qu’il faisait partie de la collection Pôle Fiction de Gallimard Jeunesse, en laquelle j’ai énormément confiance. L’insistance de Soundandfury n’a fait que me conforter dans mon choix…

A la lecture du résumé, je m’attendais à un roman d’anticipation dans le genre du livre « Les fils de l’homme » de P.D. James (un monde dans lequel la population est devenue stérile et se dépeuple petit à petit…). Le héros, Todd, est le plus jeune garçon de son village, Prentissville, et sera dans quelques semaines le dernier à devenir un homme. Je me suis rapidement attachée au personnage de Todd, même si le langage parlé qu’il utilise dans le récit m’a quelque peu perturbée au début. Finalement, on comprend vite pourquoi il parle de cette manière et on s’habitue alors à son orthographe approximatif, qui donne même du charme à son récit (si si, à un certain moment, c’est agréable !)…

« […] le marais c’est le seul endroit près de Prentissville où on peut s’isoler un minimum de tout le Bruit que les hommes répandent hors d’eux-mêmes, de toute cette clameur, tout ce raffut qui se calme jamais, même quand ils dorment, les hommes et leurs pensées qu’ils savent même pas qu’ils pensent, même quand tout le monde les entend. Les hommes et leur Bruit. Je sais pas comment ils font, comment ils le supportent et se supportent. » p.15

Je me suis aussi beaucoup attachée à son chien, Manchee, avec lequel il communique également à travers son Bruit. Et oui, car dans le monde de Todd, les animaux sont également sujets à cette particularité… Je trouve d’ailleurs que tous les passages dans lesquels se trouve un animal désamorcent un peu le suspense et constituent en quelque sorte des pauses dans le récit (particulièrement les moutons dont le Bruit n’est fait que de « Moutons ! » divers et variés, les écureuils qui piaillent en boucle « Viens », « Toupie » et « Chope », et surtout les vaches géantes appelées les « choses », dont le bruit est une sorte de chant réconfortant, rappelant la mer…).

« C’est comme le chant d’une famille où tout est toujours bien, c’est un chant d’appartenir qui vous fait appartenir rien qu’en l’entendant, c’est un chant qui prendra toujours soin de vous et qui jamais vous quittera. Si vous avez un cœur, ça le brise, si vous avez le cœur brisé, ça le répare » p.273

Dès le début, on tente de comprendre à travers les quelques explications de Todd les habitudes et modes de vie de son village et de ses habitants, ainsi que le virus qui en a un jour décimé toutes les femmes… Cette première incursion dans la vie de Prentissville est en partie dérangeant, tant les Bruits filtrant continuellement des esprits de ses habitants rendent l’atmosphère brouillonne et étouffante. Ce climat semble d’ailleurs se répercuter sur l’état d’esprit de Todd, qui a toujours l’air passablement énervé et sur le qui-vive…  A la suite de sa découverte dans les marais, l’action se met rapidement et violemment en route. Todd doit laisser de côté tout ce qu’il a toujours connu, sans réellement savoir pourquoi, et en évitant de trop y penser de peur d’attirer l’attention à travers son Bruit.

« – Pourquoi tu me le dis pas, tout simplement ?
– Parce que la connaissance est dangereuse […], et quand je regarde dans son Bruit voir ce qu’il cache, ça rugit et ça m’envoie comme une gifle. » p.66

Car c’est là toute la particularité de ce roman : le Bruit. Imaginez un monde où toutes vos pensées peuvent être entendues… Imaginez l’impact que cela puisse avoir sur l’organisation d’une société… Doit-on n’avoir de secret pour personne, puisque de toute manière ce secret transparaîtra dans notre Bruit ? Doit-on vivre en ermite, loin du Bruit de ses semblables ? Comment construire une relation avec quelqu’un, lorsqu’il est conscient de la moindre de nos pensées ?

Je préfère ne pas aller plus loin, par peur de dévoiler plus encore l’intrigue de ce roman. D’autant plus que sur les 528 pages que compte ce livre, il ne faut pas en lire plus de 50 pour voir apparaître les premiers rebondissements…

Comme vous l’aurez compris, j’ai donc beaucoup apprécié la lecture de ce roman, dont l’intrigue m’a tenu en haleine jusqu’à la fin. J’ai beaucoup aimé la relation qui se noue petit à petit entre Todd et V., régulièrement perturbée par le Bruit du premier.

Pour un roman jeunesse, j’ai trouvé ce premier tome particulièrement travaillé… Il mène à des réflexions assez dures et perturbantes, sur le rôle de la femme dans la société ou encore la façon dont une société s’accommode de ses contraintes (ici, le Bruit qui arrive d’un seul coup). Je me demande d’ailleurs s’il devrait être classé dans la littérature jeunesse.

J’ai quand même parfois trouvé ma lecture assez longue, et je me demande si l’auteur n’aurait pas pu raccourcir certains passages. Malgré cela, j’ai été facilement emportée dans cette intrigue, et j’ai déjà hâte de me plonger dans le tome 2, intitulé « Le Cercle et la Flèche » (« The Ask and the Answer » en VO).

Autour du livre :

  • La série « Le Chaos en Marche » est composé de trois tomes : « La Voix du Couteau », « Le Cercle et la Flèche » et « La Guerre du Bruit », sortis entre 2008 et 2010. Le premier a gagné le « Booktrust Teenage Prize » en 2008. La liste des nominés à ce prix, qui a également été décerné à Neil Gaiman pour « L’étrange vie de Nobody Owens » et à Mark Haddon pour « Le bizarre incident du chien pendant la nuit », regorge d’ailleurs d’idées en littérature jeunesse. Il a également été récompensé par le « Guardian Award » et le « Prix James Tiptree Jr », qui récompense « des ouvrages de science-fiction ou de fantasy qui développent ou explorent notre compréhension de la sexuation » (voir cette page pour plus d’explications sur ce prix).
  • Patrick Ness est un écrivain et journaliste américano-britannique né en 1971, qui vit actuellement à Londres. En plus de la série « Le Chaos en Marche », il a également écrit « The Crash of Hennington » en 2003, « Topics About Which I Know Nothing » en 2005, ainsi que le roman jeunesse « A Monster Calls » en 2011.

Pour aller plus loin, vous pouvez également aller voir les avis de Soundandfury et de Radicale.

Publicités

4 réflexions sur “Le chaos en marche, tome 1 : La voix du couteau – Patrick Ness

  1. Contente qu’il t’ait plu!

    Par contre, dis donc, tu te rends compte de ce que tu as écrit? Alors comme ça, dès qu’un livre commence à être un peu de qualité, ça remet en question son appartenance à la littérature jeunesse? Je te cite « travaillé », « mène à des réflexions » …

    Hihi! Suis tout à fait d’accord. La catégorie jeunesse prend trop souvent les lecteurs pour des idiots faciles à nourrir intellectuellement et paresseux! A bas la littérature jeunesse! Ce qui est bien écrit est lisible, d’office, par tout le monde!

    (Je sens qu’il se trouvera des gens pour me lyncher après ces propos.)

    • Et merde, c’est vrai ce que tu dis, c’est nul en fait ! En plus, c’est vrai, je suis toujours en train de défendre les livres jeunesse en disant qu’ils apportent en général des réflexions qui vont assez loin.. Et là je viens de tout détruire en quelques lignes..
      En fait, le truc, c’est que je suis surprise que cela sorte en jeunesse et pas dans une édition adulte, en parallèle à la limite… Ce serait dommage que des gens passent à côté simplement parce qu’il se range dans les livres pour les jeunes !
      Bref, je sais pas si je suis claire… Ton avis est intéressant aussi, mais je ne suis pas sûre que tout ce qui est bien écrit est lisible par un gamin de n’importe quel âge.. Je dis pas qu’il faut les surprotéger, mais il y a quand même des choses selon moi qui peuvent être dures à assimiler quand on est trop jeunes..

  2. Il ne me reste plus que le 3! J’attends un peu pour le lire car après ça sera terminé.
    C’est une aventure assez originale. J’ai aussi trouvé quelques longueurs. Mais dans le deuxième tome, l’auteur utilise une technique très simple qui fait beaucoup bouger les choses, qui ajoute au suspense et qui est aussi très frustrante les soirs de grosses fatigues ou lors de journées bien occupées.
    Je te dirais bien mais j’ose pas! ^^

    Quant à l’autre sujet lancé grâce à cet article, il existe des romans publiés sous deux couvertures différentes, une pour la jeunesse, une pour le rayon adulte.
    Je trouve ça dommage car il y a quand même cette « différence ». J’ai le sentiment que c’est pour que les adultes se lancent dans la lecture et non pas l’inverse.
    J’ai beau lire beaucoup beaucoup de littérature jeunesse, je suis souvent surprise par la portée de certains. J’aime aussi quand j’arrive à faire découvrir ces lectures à des adultes qui pensent justement que c’est pour les gamins.
    Il faut penser que ces ouvrages sont écrits, conçus par des adultes dans un certain but, atteint ou non. (ça c’est un autre problème)

    Je suis d’accord quand tu dis, je te cite : « Je dis pas qu’il faut les surprotéger, mais il y a quand même des choses selon moi qui peuvent être dures à assimiler quand on est trop jeunes.. »
    Ce qui me plaît dans la littérature pour la jeunesse c’est la manière dont tous les sujets sont traités. Et je suis pour ces sujets sensibles qui éveille la réflexion et la curiosité chez l’enfant et l’adolescent.
    Et c’est la dernière chose que je dirais dans ce très long commentaire. 😀
    Avant de te donner l’adresse d’un forum que j’ai ouvert et qui est entièrement consacré aux œuvres pour la jeunesse bien sur : http://auchatquilit.space-forums.com/

    Bonne lecture !

    • Merci pour ce long commentaire Pauline ! Ne t’inquiète pas, les longs commentaires ne me dérangent pas lorsqu’ils sont intéressants… 😉

      J’ai hâte de commencer le tome 2 alors, ce que tu m’en dis m’intrigue totalement… Quelle technique l’auteur peut-il bien utiliser ? Mais tu as raison de ne rien me dire de plus, cela sera plus agréable de la découvrir directement !

      Concernant la littérature jeunesse, je connais le système des romans publiés dans deux éditions différentes, comme c’est le cas d’ailleurs pour la série des « Harry Potter » ou des « A la croisée des mondes ».. Je suis d’accord avec toi quand tu dis que c’est sans doute surtout pour amener les adultes à lire ce genre de romans que cette méthode est utilisée. Peut-être que les éditeurs se disent qu’un adulte sera gêné d’emmener dans le métro un livre jeunesse dont la couverture est toute colorée ? 😉 Je ne sais pas trop..

      Je trouve ça dommage moi aussi de faire cette distinction. Personnellement je pioche beaucoup de mes lectures dans la littérature jeunesse, qu’elle soit du type « École des Loisirs », dédiée aux adolescents ou encore aux jeunes adultes. Et quelle que soit la catégorie « jeune » dans laquelle j’ai pioché, je tombe régulièrement sur des coups de cœur qui pourraient selon moi largement plaire aussi aux adultes..

      Ce qui est génial avec ce type d’œuvres, c’est justement leur portée universelle.. Là, je pense surtout à Harry Potter. J’ai commencé à les lire lorsque j’étais au collège, et je continue de les relire régulièrement depuis… Et bien ce que j’ai toujours apprécié dans cette série, c’est que plus je grandis, plus je lis et j’apprécie cette œuvre différemment. Un lecteur jeune n’a pas la même lecture d’un livre qu’un adulte, mais ce n’est pas pour ça qu’ils ne peuvent pas tous les deux y trouver leur compte !

      Allez je vais voir ton forum, ça me dit bien et ça me donnera sûrement de nouvelles idées !

Laissez un petit papier...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s