La solitude des nombres premiers – Paolo Giordano

La solitudine dei numeri primi

Éditeur : Points

Date de parution originale : 2008

Date de parution française : 2009

342 pages

Fiche Dialogues

Fiche Livraddict

4ème de couverture :

Elle aime la photo, il est passionné par les mathématiques. Elle se sent exclue du monde, il refuse d’en faire partie. Chacun se reconnaît dans la solitude de l’autre. Ils se croisent, se rapprochent puis s’éloignent, avant de se frôler à nouveau. Leurs camarades de lycée sont les premiers à voir ce qu’Alice et Mattia ne comprendront que bien des années plus tard : le lien qui les unit est indestructible.

Mon avis :

J’ai encore une fois découvert ce roman à travers l’adaptation qui en a été faite l’année dernière, et dont est tirée la photo de la couverture de mon édition. J’ai été captivée par le regard perdu de cette jeune fille (je sais que pour certains, elle fait plutôt peur…). Je me souviens que pendant quelques jours (ma lecture remonte quand même maintenant à quelques mois),  je n’ai plus pensé qu’à me procurer ce livre sorti en 2008 en Italie. En faisant mes petites recherches préliminaires (obligatoires avant d’acheter un livre !), j’ai également appris que l’auteur, Paolo Giordano, né en 1982, avait présenté une thèse en physique des interactions fondamentales. Je crois que ça a été l’élément déclencheur pour que j’achète ce roman, j’aime beaucoup lorsque les gens parviennent à faire coïncider dans leur vie sciences et littérature.

Bref, revenons au livre. Ce roman raconte donc l’histoire de deux êtres quelques peu paumés dans leur vie, dans leur famille et dans leurs études, un peu à l’écart du reste des élèves de leur lycée, volontairement ou non. On suit ces deux personnages tour à tour, comprenant peu à peu leur mal-être, les observant évoluer et grandir dans ce monde auquel ils ne semblent pas toujours vouloir adhérer. Certains passages en sont même parfois épuisants, tant on a envie de les voir avancer.

« Ils avaient traversé les années en apnée, lui, refusant le monde, elle, se sentant refusée par le monde, et ils s’étaient aperçus que cela ne faisait pas beaucoup de différence. »

J’ai beaucoup de mal à parler de ce roman. Il m’a beaucoup marquée et je m’y suis laissée emporter du début à la fin, quasiment en transe sur les dernières pages (j’étais peut-être malade…). Je me suis posée sur l’épaule de ces deux personnes et j’ai observé peu à peu leur évolution, espérant les voir avancer dans la vie, les voir faire ces pas vers les autres qu’ils semblent parfois incapables de faire, j’ai pleuré avec eux, j’ai été touchée par leurs paroles, par leurs secrets, par leur incapacité à exprimer ce qu’ils ressentent, j’ai été révoltée lorsque les autres ne les comprenaient pas ou leur faisaient du mal…

« Il l’avait appris : les choix se font en l’espace de quelques secondes et se paient le reste du temps. »

Je ne sais pas vraiment que dire de plus sur ce roman, je sais bien qu’il ne plaira pas à tout le monde car il n’est pas très gai, mais pour moi ce fut vraiment une belle découverte, à la fois puissante et épuisante (j’en suis sortie un peu exténuée, et j’ai eu du mal par la suite à me remettre dans un autre livre).

Et pis mince, regardez-moi ce titre, faut-il avoir fait des études en mathématiques pour le trouver magnifique ? Peut-être en fait… Bref, ceux que le résumé intéresse un peu, n’hésitez pas.

« Les nombres premiers ne sont divisibles que par 1 et par eux-mêmes. Ils occupent leur place dans la série infinie des nombres naturels, écrasés comme les autres entre deux semblables, mais à un pas de distance. Ce sont des nombres soupçonneux et solitaires, raison pour laquelle Mattia les trouvait merveilleux. » p.149

Autour du livre :

  • Paolo Giordano est un écrivain italien né en 1982. Comme je l’ai dit plus haut, il a fait une thèse en physique des interactions fondamentales à Turin. Il a indiqué que ce livre était en partie autobiographique.
  • Il a été le plus jeune auteur à remporter le prix Strega en 2008 (l’un des prix les plus prestigieux en Italie) pour ce roman.
  • Ce livre a été adapté en film en 2010 par l’italien Saverio Costanzo.

Publicités

21 réflexions sur “La solitude des nombres premiers – Paolo Giordano

  1. J’ai beaucoup entendu parler de ce roman, mais je doute vraiment qu’il me plaise… pourtant il est vraiment intrigant, et ta chronique me donne envie !

  2. Bon, d’accord, il faut que j’achète ce roman !!!
    Aaah, comment veux-tu que j’arrête les achats avec des billets pareils ?? 😀
    Merci pour ce bel avis qui donne vraiment envie de se plonger dans ce livre… C’est vrai que le titre est magnifique !

    • Désolée de contribuer à tes achats compulsifs de livres alors (en fait je ne suis pas désolée, ce livre mérite d’être lu)… Je suis contente si le billet t’a plu, j’ai eu un peu de mal à l’écrire..

      • Mais non, ne sois surtout pas désolée ! J’aime vraiment découvrir un livre par le regard des lecteurs qui l’ont aimé !
        Je comprends que tu aies eu du mal à l’écrire, c’est parfois difficile de mettre des mots sur des ressentis assez fort, des choses qui nous ont beaucoup touchées…

    • Oui je te comprends. C’est vrai que si on ne s’attache pas aux personnages et/ou à l’histoire, ça doit être assez éprouvant comme lecture ! D’autant plus que ce n’est pas le livre le plus joyeux de la terre n’est-ce pas..

  3. Oh ! J’aurais aimé écrire ton article ! Je l’ai lu l’année dernière, et moi aussi j’ai été terriblement touchée. Tellement en fait que je ne savais pas en parler et que la chronique n’a jamais réussi à sortir de ma tête. Moi aussi, c’est le titre qui m’a d’abord séduite !

    Dommage que le film ait fait si peu de bruit à sa sortie, je l’ai loupé au cinéma et je ne trouve pas l’occasion de le voir depuis…

    • C’est vrai que c’est très dur d’écrire sur un livre qui nous a tant touché.. C’est la première fois que ça me faisait ça (c’est pas comme si j’écrivais des chroniques de livres depuis mes 4 ans non plus…). Dans un autre registre, j’ai aussi du mal à écrire ma chronique sur « Si c’est un homme », mais là c’est parce que tout simplement je ne vois pas ce que je pourrais dire dessus. Il ne m’a pas du tout touchée de la même manière que « La solitude des nombres premiers », j’ai même eu du mal à le finir, mais je ne peux pas dire non plus que je ne l’ai pas aimé, et au final je ne sais pas justement ce que je pourrais écrire dessus..
      Pour revenir à « La solitude des nombres premiers », en effet le film a fait peu de bruit à sa sortie. Mais j’en ai vu les premières minutes et je ne sais pas si c’est la musique, la lumière ou la façon de filmer, mais c’était très oppressant. J’espère que la grâce du livre sera bien retranscrite…

  4. Pour ma part, j’ai lu ce livre il y a quelques temps, et même si il m’a touché, il m’a dérangé sur la fin. Mais je n’arrive pas très bien a expliqué pourquoi. Je comprend que tu ai eut du mal à rédiger ton avis.

    • Et moi je crois comprendre pourquoi tu as pu être dérangée sur la fin.. C’est vrai que ce n’est pas un livre très gai, et c’est parfois un peu déprimant de réaliser que finalement les personnages n’avancent pas réellement. Je ne sais pas si tu vois ce que je eux dire…

      • Oui je vois ce que tu veux dire. Oui, c’est peut être le manque d’espoir en fait qui m’a dérangé. Le fait que les personnages principaux n’essaient pas de sortir de cette solitude…

        • C’est vrai que la fin m’a légèrement déprimée.. Mais ça n’a pas réduit le plaisir que j’ai pu prendre à lire ce livre, bizarrement.

    • J’espère vraiment que tu le liras et qu’il te plaira.. Il est fort probable, vu que je commence à discerner une infime partie de tes goûts, qu’il te plaise en fait !

  5. Nos avis se rejoignent terriblement sur ce livre… Impossibilité d’en parler et complètement happée par la fin du livre… J’ai adoré

    • C’est vrai qu’il est dur de parler d’un livre qui nous a beaucoup marqué.. En as-tu vu l’adaptation au fait ? Je pense la regarder un de ces jours..

  6. Il me tente énormément et ce que tu en dis ne fait que confirmer, et je crois que ma meilleure amie l’a en plus, je lui emprunterai rapidement ! ^^

    • Oui, c’est vraiment un roman qui m’a beaucoup touchée. Après, je sais que les gens le trouvent souvent très triste par rapport à ce qu’ils en attendaient.. Donc je ne sais pas ce que tu en penseras, mais j’espère qu’il te plaira !

  7. moi j’ai du lire ce livre pour l’école, et je n’ai pas du tout aimé, trop psychologique a mon gout et sourtout tres cyclique… Mattia et Alice finissent toujours par s’éloigner!

    • Oui, c’est vrai que plus j’y pense, plus je me demande ce qui m’a tant plu dans ce roman. En général, moi non plus je n’accroche pas trop aux livres dans lesquels j’ai l’impression que les personnages tournent en rond, s’éloignent toujours un peu plus de ce qu’ils cherchent ou de ce dont ils ont besoin..
      Mais bon, on ne s’explique pas toujours pourquoi on a aimé un livre sur le moment !

Laissez un petit papier...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s