Bilan trimestriel n°2 – 2011

Ouh la la, il est temps de réveiller ce blog ! Voilà donc, avec quelques semaines de retard, mon bilan pour le deuxième trimestre 2011, soit les mois d’avril, mai et juin. J’espère pouvoir mettre à jour les critiques correspondantes au fur et à mesure…

Durant ces trois mois, j’ai fait de très bonnes découvertes, et malgré quelques petites déceptions, je crois que tous les livres que j’ai lus m’ont plu :

  • La Jeune fille à la perle de Tracy Chevalier : une relecture d’un de mes livres préférés, dont j’ai parlé dans mon article du 18 avril.
  • Les enfants du marais de Georges Montforez : un très joli roman sur la simplicité, la liberté et l’oisiveté, que je souhaitais lire depuis longtemps. Il a été adapté au cinéma par Jean Becker.
  • De l’eau pour les éléphants de Sara Gruen : une petite déception pour un roman qui promettait pourtant. Mais je devais en attendre trop, car ce fût quand même une bonne lecture.
  • Quand souffle le vent du nord de Daniel Glattauer : le fameux livre sur lequel je me questionne depuis que je l’ai lu : l’ai-je aimé ou pas ? Je vais avoir du mal à en faire la critique…
  • Si c’est un homme de Primo Levi : un très beau livre, que j’ai cru ne jamais pouvoir finir tant je l’ai trouvé dur.
  • La solitude des nombres premiers de Paolo Giordano : un coup de cœur pour ce livre italien qui a été adapté au cinéma il y a quelques mois. On suit des personnages à vif et on ne peut petit à petit plus les lâcher…
  • Tom, petit Tom, tout petit homme, Tom de Barbara Constantine : une jolie histoire sur l’amitié, mais je crois être passée un peu à côté. Je n’ai pas trop accroché au style de l’auteur, même si l’histoire en elle-même m’a touchée.
  • Fahrenheit 451 de Ray Bradbury : deuxième coup de cœur pour ce classique de la science-fiction. Je l’ai lu rapidement, je pense donc être passée à côté d’une multitude choses, mais il m’a beaucoup plu.
  • De pierre et de cendre de Linda Newbery : une demeure anglaise dont l’architecture est une histoire à elle toute seule, un père insaisissable et ses deux filles adolescentes, un jeune artiste engagé pour leur apprendre l’art de la peinture, des sculptures entourées de mystères et des secrets de famille… Que demander de plus ? Un roman autour du mensonge, de l’art et de la création qui m’a beaucoup plu.
  • Curiosités et vérités à propos de la Lune de Nicolas Fauveau : un petit livre passionnant, contenant une multitude d’anecdotes, de références, de proverbes, de superstitions et de poèmes sur le thème de la Lune.
  • Paola de Vita Sackville-West, dont j’ai parlé dans mon article du 14 juillet.
  • Prodigieuses créatures de Tracy Chevalier : le dernier Tracy Chevalier, sorti en poche en juin, et que j’ai enfin lu !

Allez, soyons fous, comme l’autre moitié de mon temps libre est consacrée à regarder des films, je vous mets également les films que j’ai vus :

  • Princesse Mononoké de Hayao Miyazaki : un petit revisionnage de l’un de mes Miyazaki préférés. Les thèmes régulièrement abordés par le studio Ghibli sont toujours là : la destruction de la nature par l’homme, l’opposition entre la technique et la nature, l’amitié entre l’homme et les animaux et la Nature avec un grand « N », peuplée de Dieux et d’esprits de la forêt. Pour la fiche du film, c’est ici.
  • Les enfants du marais de Jean Becker : l’adaptation du roman du même nom, j’en parlerai également dans l’article qui lui est consacré. Un film qui regroupe de superbes acteurs : Michel Serrault, André Dussollier, Jacques Gamblin, Jacques Villeret, Isabelle Carré et Eric Cantona. Fiche Allociné.
  • Somewhere de Sofia Coppola : dernier film de cette réalisatrice que j’adore, où l’on suit Johnny Marco, un acteur passant sa vie dans les hôtels ou en promotion, qui doit s’occuper de sa fille Cleo pendant quelque temps. Un film qui doit beaucoup au superbe jeu de la jeune actrice Elle Fanning (sœur de Dakota), qui interprète le rôle de Cleo, et à la musique envoûtante du groupe français Phoenix. Certaines scènes sont vraiment superbes, comme celle où Johnny et sa fille prennent le thé sous l’eau dans la piscine, sur l’air de « I’ll try anything once » des Strokes. Fiche Allociné.
  • Le maître d’école de Claude Berri : premier visionnage de ce film culte pour certains, avec Coluche dans le rôle principal (je l’avoue, c’était la première fois que je voyais l’un de ses films…). Un film que j’ai trouvé drôle et étonnant, et qui, même si ce n’est pas son but principal j’imagine, réussi à faire passer de jolies réflexions sur le métier de prof et sur ce que l’on transmet aux enfants. Fiche Allociné.
  • Les émotifs anonymes de Jean-Pierre Améris : un très joli film qui esthétiquement m’a fait penser au « Fabuleux Destin d’Amélie Poulain ». Tendre et drôle à fois, dans le milieu du chocolat (ce qui ne gâche rien), et porté par les deux superbes acteurs que sont Isabelle Carré et Benoît Poelvoorde, qui prouve encore une fois qu’en plus d’être un très bon acteur de comédie, il est également un parfait acteur dans des scènes plus « dramatiques ». Il a une façon intense de faire passer les émotions, notamment lorsqu’il joue un personnage crevé de peur en présence d’une femme… Fiche Allociné.
  • Le nom des gens de Michel Leclerc : un film drôle, original et surprenant dans sa façon de traiter la politique, il a été l’un de mes coups de cœur de ces derniers mois avec le précédent (je les ai vus à quelques jours d’intervalle). Sara Forestier est explosive, Jacques Gamblin comme à son habitude joue merveilleusement bien le gars calme, réservé, qui ne fait pas de bruit et n’aime pas trop qu’on parle de lui… Fiche Allociné.
  • Signes de M. Night Shyamalan : je n’avais pas encore vu ce très bon film, c’est chose faite maintenant ! Mel Gibson, Joaquin Phoenix et les enfants (Abigail Breslin, de « Little Miss Sunshine », et Rory Culkin, le frère Macauley) sont tout simplement parfaits… Ça faisait longtemps que je n’avais pas vu un aussi bon film de science-fiction. Fiche Allociné.
  • La conquête de Xavier Durringer : une bonne découverte, qui, avec surprise, m’a plu. Denis Podalydès est impressionnant, de même que Bernard Le Coq. Fiche Allociné.
  • Non ma fille, tu n’iras pas danser de Christophe Honoré : j’avais trouvé le seul autre film que j’ai vu de ce réalisateur (« Les Chansons d’amour ») un peu trop « parisien » à mon goût, mais là, la migration vers Guerlédan en Bretagne a du mieux passer avec moi… Un film intéressant avec de très bons acteurs (Chiara Mastroianni et Marina Foïs sont impressionnantes), qui retranscrit très bien les tensions qui peuvent survenir dans une famille, mais qui m’a tout de même laissée un peu perplexe sur la fin. Je suis donc légèrement partagée sur mon ressenti… Fiche Allociné.
  • Coco avant Chanel d’Anne Fontaine : un film que je souhaitais voir depuis sa sortie, et bien ça faisait longtemps que je n’avais pas trouvé Audrey Tautou aussi juste. Quant à Benoît Poelvoorde, comme je l’ai dit plus haut pour « Les émotifs anonymes », il est parfait dans ce genre de rôles. J’ai beaucoup aimé l’esprit, l’époque, les décors, les costumes… et également l’acteur jouant le rôle de Boy Capel, Alessandro Nivola, qui m’a totalement séduite ! Fiche Allociné.
  • Letters to Juliet de Gary Winick : pas grand chose à dire sur ce film, dont j’ai du sauter certains passages tellement il ne passait pas vite… Je crois que l’actrice principale n’a qu’un sourire. Même mon idole Gael Garcia Bernal n’a pas réussi à remonter le truc… Fiche Allociné.
  • Miss Pettigrew lives for a day de Bharat Nalluri : un film que je pensais adorer, mais non finalement ce n’est pas passé. Amy Adams, que j’ai beaucoup aimée dans « Julie & Julia », « Sunshine Cleaning » ou « Fighter » m’a ici un peu épuisée… Fiche Allociné.
  • La mémoire dans la peau de Doug Liman et La vengeance dans la peau de Paul Greengrass : une jolie découverte pour ces films que j’avais laissé passer à leur sortie il y a belle lurette. Bon, je me suis un peu plantée en les regardant puisque j’ai loupé le deuxième, mais je les ai trouvés dans l’ensemble très agréables et distrayants. D’ailleurs, quelqu’un peut-il me dire dans quel village du Centre ou de Bourgogne se cache-t-il dans le premier film (celui où vit le frère de sa chère et tendre) ? J’ai beau avoir repassé la scène plusieurs fois, je ne parviens pas à comprendre le nom du village… Fiche Allociné ici et ici.
  • Rabbit Hole de John Cameron Mitchell : un autre coup de cœur pour ce drame avec Nicole Kidman et Aaron Eckhart, traitant de manière sobre et tendre du deuil d’un couple venant de perdre son enfant. Ne passez pas à côté ! La bande-annonce est ici. Petit point noir : bien que la musique présente dans cette bande-annonce soit tout simplement merveilleuse (il s’agit du titre « The High Road » du groupe Broken Bells, dont le clip est ici), elle n’est malheureusement pas dans le film… Fiche Allociné.
  • Love actually de Richard Curtis : revisionnage de ce film qui fait tant d’émules partout partout… Je me demandais pourquoi, car je n’en avais pas un si bon souvenir. Maintenant je sais, il est tout simplement drôle et jouissif (et, ce qui n’est pas rien, il m’a réconciliée avec Hugh Grant grâce à la scène où il danse à travers sa maison…). Fiche Allociné.
  • The Switch de Josh Gordon & Will Speck (qui sonne bien mieux que sous son titre français Une famille très moderne) : une bonne comédie sans trop de chichis, très drôle par-dessus le marché, avec Jennifer Aniston et Jason Bateman (le « papa adoptif » dans « Juno »). Fiche Allociné.
  • The Beaver de Jodie Foster (ou Le complexe du castor en VF) : un nouveau coup de cœur pour ce film sur la dépression, sujet traité de manière originale et émouvante. Et puis, si ça permet à Mel Gibson de revenir, je dis oui ! Fiche Allociné.
  • Brothers de Jim Sheridan : un magnifique film sur le retour de guerre d’un soldat en Irak, sur la relation entre frères et sur la famille. J’ai beaucoup aimé, les acteurs y sont pour beaucoup (Natalie Portman et Jake Gyllenhaal sont sublimes, Tobey Maguire est flippant). Fiche Allociné.
  • Veronica Guerin de Joel Schumacher : grosse déception pour ce film inspiré de la vie de la journaliste irlandaise. C’était pourtant un sujet intéressant, mais je n’ai pas accroché. Fiche Allociné.
  • Gone Baby Gone de Ben Affleck : adaptation d’un roman de Dennis Lehane (qui depuis Shutter Island fait partie des auteurs dont je veux lire tous les livres…) par Ben Affleck, avec son frère Casey dans le rôle principal. Un acteur que j’avais déjà trouvé épatant auprès de Brad Pitt dans le très beau film L’assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford d’Andrew Dominik. Ben Affleck a décidément bien fait d’abandonner un peu le jeu d’acteur pour la réalisation, j’avais déjà beaucoup aimé son dernier film The Town. Fiche Allociné.

Je vous épargne le bilan de mes achats, cet article est déjà bien trop long…

2 réflexions sur “Bilan trimestriel n°2 – 2011

    • Merci ! Oui « De pierre et de cendre » est bien, on y sent pas mal d’influences d’autres romans que j’aime beaucoup…

Laissez un petit papier...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s