Le Petit Prince – Joann Sfar

Éditeur : Gallimard BD

Collection : Fétiche

Date de parution originale : 2008

112 pages

Fiche Dialogues

Fiche Livraddict

4ème de couverture :

Imaginez-vous perdu dans le désert, loin de tout lieu habité, et face à un petit garçon tout blond, surgi de nulle part. Si de surcroît ce petit garçon vous demande avec insistance de dessiner un mouton, vous voilà plus qu’étonné ! À partir de là, vous n’aurez plus qu’une seule interrogation : savoir d’où vient cet étrange petit bonhomme et connaître son histoire. S’ouvre alors un monde étrange et poétique, peuplé de métaphores, décrit à travers les paroles d’un « petit prince » qui porte aussi sur notre monde à nous un regard tout neuf, empli de naïveté, de fraîcheur et de gravité. Très vite, vous découvrez d’étranges planètes, peuplées d’hommes d’affaires, de buveurs, de vaniteux, d’allumeurs de réverbères.

Cette évocation onirique, à laquelle participent les aquarelles de l’auteur, a tout d’un parcours initiatique, où l’enfant apprendra les richesses essentielles des rapports humains et le secret qui les régit : « On ne voit bien qu’avec le coeur, l’essentiel est invisible pour les yeux. »

Mon avis :

Adaptation du conte poétique et philosophique de Saint-Exupéry, cette bande dessinée de Joan Sfar se lit très rapidement malgré son nombre de pages plutôt élevé. Pour commencer, je dois avouer au risque de me faire huer que je n’ai jamais vraiment accroché à ce livre pourtant culte sorti en 1943. Je me souviens l’avoir aimé, mais sans le trouver fantastique comme mon entourage me le promettait. D’autre part, mis à part « La fille du professeur » que j’ai beaucoup aimé, je ne suis pas non plus toujours très fan du dessin de Joann Sfar. Je partais donc sur de mauvaises bases… Malgré tout cela, j’avais hâte de voir comment ce dernier parviendrait à adapter ce livre pourtant culte chez de nombreuses générations de lecteurs.

Et bien contrairement à ce que j’aurais pu craindre, j’ai vraiment bien accroché à cette adaptation. Il me semble que l’histoire m’a plus touchée que lors de la lecture du livre. Je suis rapidement entrée dans le récit de cet aviateur, et tout comme lui, j’ai été à la fois émue et intriguée par ce petit garçon, sa planète et ses rencontres. Je me souvenais de ces personnages qu’il croise au cours de ses voyages, mais je crois que je n’avais pas vraiment saisi les messages qui se dissimulent derrière (j’étais peut-être trop jeune pour les saisir). J’ai au final été charmée par ce récit que je pense  relire très vite, dès que je l’aurai sous la main, car je suis maintenant persuadée de l’apprécier…

Concernant le style de Sfar, j’ai été surprise de ne pas être gênée par les dessins, alors que d’habitude le style de ce dessinateur ne me plaît pas forcément (sauf, je le précise encore une fois, dans « La fille du professeur »). J’ai trouvé que dans ce cas, le dessin s’adaptait parfaitement à l’esprit en apparence enfantin que l’auteur a donné à son récit. Les couleurs sont superbes, et même si je préfère les dessins originaux réalisés par Saint-Exupéry, j’ai trouvé ceux réalisés par Sfar émouvants et totalement adaptés au récit.

Que dire de plus, sinon qu’il ne faut pas hésiter à ouvrir et lire cette bande dessinée, que l’on ait aimé ou non le livre original de Saint-Exupéry…

Autour du livre :

  • Joann Sfar est un auteur de bande dessinée, écrivain et réalisateur français. Artiste très éclectique, ses travaux les plus connus sont sans doute les séries « Le chat du rabbin » et « Petit Vampire», ainsi que ses collaborations avec le groupe de musique Dionysos (illustrations de certains albums et réalisation du clip « Tes lacets sont des fées»).
  • Ce sont les héritiers de Saint-Exupéry qui ont demandé à Joann Sfar d’adapter le « Le Petit Prince », après avoir lu « Le Chat du Rabbin ».
  • En 2010 est sorti le premier film de Sfar, « Gainsbourg, vie héroïque», qui est un portrait romancé du chanteur, et pour lequel l’acteur principal Eric Elmosnino a gagné le César 2011 du meilleur acteur. J’en profite pour vous conseiller fortement ce film, plus particulièrement si vous aimez le chanteur .
  • Joann Sfar est un admirateur de Quentin Blake, l’illustrateur des romans de Roald Dahl.

  • En 2010, une lecture musicale et illustrée a eu lieu au Théâtre de l’Européen, réunissant Joann Sfar, le comédien et humoriste François Morel, le violoncelliste Frédéric Deville et le clarinettiste Guillaume Humery. La vidéo est disponible ici.
  • Je vous conseille enfin l’interview de Joann Sfar réalisée par le site Evene, qui permet de mieux découvrir l’auteur, ses goûts et ses réalisations.
Publicités

9 réflexions sur “Le Petit Prince – Joann Sfar

  1. Je me rappelle avoir beaucoup aimé le livre de Saint-Exupéry, et je pense que cette adaptation devrait beaucoup me plaire ! J’espère la trouver bientôt …
    Je partage le même avis que toi sur le film sur Gainsbourg. Joann Sfar a eu une bonne idée en créant une sorte de créature qui accompagne le chanteur au fil de sa vie . 🙂 C’est original.

    PS: Le livre de Reeves t’a plu ! 😀 J’ai hâte de le lire alors. (quand j’aurai le temps … ^^)

    • J’espère aussi que tu liras bientôt cette BD !

      Oui, j’ai adoré le film sur Gainsbourg ! Mais contrairement à toi, je n’ai pas spécialement adoré la créature (elle m’a même gênée parfois…). Par contre, ce que j’ai beaucoup aimé, ce sont les acteurs (surtout Eric Elmosnino, Lucy Gordon et Laetitia Casta), les musiques (évidemment…) et les décors (les lumières en particulier sont superbes)…

      Concernant Reeves, je pense poster mon avis dans les jours qui viennent, je suis encore une fois à la bourre !

  2. C’est le style des dessins qui me freine… mais après avoir lu ton article, je vais noter que je dois jeter un nouveau coup d’œil à cet ouvrage!

    • Oui, laisse lui une deuxième chance ! Je comprends bien que le style puisse freiner, moi j’avais un peu de mal à accrocher au début… Finalement, j’ai trouvé le style de dessin totalement adapté au récit et très émouvant. Et comme je redécouvrais « Le Petit Prince », je crois que j’ai été doublement conquise !

  3. Idem quand j’ai lu le petit prince, en quatrième il me semble, je m’attendais à un « coup-de-coeur » après toutes les critiques dithyrambique que j’avais entendu, mais non je l’avais trouvé très bof. Il faudrait que je le relise en plus c’est un ouvrage assez court.

    • Je crois qu’il ne faut pas lire ce genre d’œuvres « que tout le monde adore » trop tard si on veut espérer les apprécier ! Ça m’arrive très souvent aussi avec les films, tout le monde t’en dit du bien à leur sortie, et quand tu les vois 3 ans après tu es souvent déçue. Alors que si tu l’avais vu directement au ciné, il t’aurait sûrement moins déçue. Il faudrait créer un théorème là-dessus…

  4. Ah tu donnes envie! je vais le lire 🙂
    je suis d’accord avec toi ! la perception est différente quand on a construit des attentes envers un film/livre pendant quelques temps …comparé au livre/film que tu choisis sans avoir d’idées préconçues!

    • Je suis contente de t’avoir donné envie ! Il est vraiment sympa..
      Le fait d’apprécier ou non une œuvre, selon les a priori que l’on s’était fait dessus, c’est vraiment un phénomène qu’il faudrait analyser ! C’est un truc qui m’arrive tout le temps. En général, ce sont des films ou livre que je pensais adorer et qui finalement sont juste sympas, mais du coup je suis tellement déçue que je les trouve plus nuls que je les aurais sans doute trouvés si je n’avais pas eu d’a priori.. (C’est assez complexe à expliquer..) Mais heureusement, l’inverse existe aussi !!

Laissez un petit papier...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s